Femina Logo

En été, il semble qu’il n’y ait pas que les glaces qui fondent. Une partie de notre cerveau aussi. Canicule et neurones ne font pas bon ménage, la preuve par trois.

La tong

On pénètre ici en terrain miné. Pour certains, la tong est l’unique chaussure imaginable en période de chaleur. Il y a certes quelques arguments en leur faveur: leur bruit sur le sol (schlap shlap) est un bonheur régressif, on obtient de sexy marques de bronzage sur ces pieds, et on a l’embarras des couleurs. Oui, mais non. La tong, c’est avant tout un nid à bactéries. 18 000 pour être précis, et c’est l’université de Miami qui le dit. Mais ce n’est pas tout. Tendinites, mal au dos, blessures et entorses sont légion chez les porteurs des flips flops (le terme anglais). Autre danger: le coinçage de ladite chaussure dans les pédales. En voiture, le port de tong est hautement déconseillé. Et en cas d’accident, cela peut coûter cher, si un lien est établi entre la chaussure et les dommages causés. Certains ont fait le choix de l’espadrille, d’autres de la Birkenstock ou encore de la spartiate. Tous les goûts sont dans la nature.

Le brumisateur

Vous avez remarqué comme toujours plus de personnes s’entichent de ces fameux brumisateurs d’eau minérale (oui, ok, j’ai aussi craqué)? Déjà, soyons honnêtes. Enfermer quelques millilitres d’eau dans un flacon en aluminium, ce n’est pas ce qu’il y a de plus eco-friendly. Et si vous êtes fort en mathématiques, vous devriez rapidement abandonner cette sale habitude. Comme l’a démontré avec humour l’émission Karambolage sur Arte, ça fait cher le «pschiit». 3 euros pour 50 millilitres, cela fait 60 euros pour un litre d’eau. Oui, plus cher qu’une bouteille de champagne. Conclusion? On ressort son vaporisateur à plantes vertes, on le remplit d’eau du robinet, et vogue la galère. On est moins chic qu’avec son petit spray Evian, mais bon.

Le #sunburnart

Là, on touche du lourd. Du bête et dangereux. Le concept ­ – qui est donc déjà un hasthag sur les réseaux sociaux ­ – est on ne peut plus simple: se faire un coup de soleil «artistique». On se colle un pochoir sur la peau, et on va griller au soleil. Alternative tout aussi néfaste: on se fait un dessin (une étoile, un prénom) à la crème solaire, et on va griller au soleil. En oubliant un petit détail: s’exposer ainsi sans mettre de protection, c’est mauvais pour la santé. Très mauvais. Il faudrait peut-être leur rappeler quelques règles de base, dont celle de toujours sortir couvert (avec une crème à indice élevé) et d’éviter le soleil aux heures les plus chaudes. Histoire de ne garder que des bons souvenirs de l’été torride.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Julien vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Avant la petite pause estivale du podcast, nous voulions vous remercier pour votre écoute et votre présence, toujours plus nombreuse! Dans cet épisode spécial, chacune d'entre nous interviewe l'autre quant à ses meilleurs souvenirs et anecdotes d'été... pour vous mettre dans l'ambiance des vacances.

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

S'il vous arrive d'angoisser à l'idée d'avoir contracté une maladie, avant de réaliser que vous vous êtes inquiétés pour rien, cet épisode est pour vous! Une psychologue nous parle de l'hypochondrie, de ses possibles causes, et nous propose des exercices destinés à l'enrayer, à raisonner notre cerveau inquiet et à interrompre les cycles de pensée anxieux. 

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina