Femina Logo

news société

L’«alcoolorexie», le trouble alimentaire sournois qui détruit la santé des étudiantes

Jeune femme boit biere bouteille

«Les symptômes de l'alcoolorexie les plus courants chez les étudiants sont le fait de sauter des repas, la consommation de boissons alcoolisées à faible indice calorique et la pratique d'un exercice physique à la suite d'une soirée alcoolisée pour éliminer.»

© Getty

«Economiser des calories»: telle est l’expression employée par la journaliste du site «Slate» qui consacrait le 20 octobre 2017, un inquiétant article à l’«alcoolorexie» (ou «drunkorexia», en anglais). Tristement, on ne pourrait mieux résumer la chose. Si le nom de cette maladie ressemble de prime abord à un malheureux jeu de mots, il ne s’agit pas d’une plaisanterie.

Un nombre grandissant de jeunes femmes, auxquelles la société impose encore et toujours ce fameux «diktat» de la minceur, se mettent à sauter des repas, dans le but de pouvoir consommer des boissons alcoolisées: ces dernières, très riches en sucres, menacent en effet de ruiner leurs diètes et de leur faire prendre quelques kilos. Ainsi que le souligne le journal «The Independent», l'alcool a été progressivement «diabolisé» par l'industrie du régime: on rappelle incessamment qu'une «pinte de bière contient autant de calories qu'une pizza», et que boire un verre de vin «équivaut à manger une glace».

La blogueuse Ellie McKinnel s'est confiée au journal britannique, avouant qu'elle et ses amies avaient pour habitude d'enchaîner les shots de vodka, afin de «devenir aussi ivres que possible en consommant le moins de calories», et d'éviter les «ballonnements».

60% des étudiantes américaines touchées

Si les hommes peuvent également souffrir d’alcoolorexie, ce trouble alimentaire concerne le plus souvent les femmes. Selon l’étude menée par Alissa Knight, doctorante à l'Université d'Australie du Sud, le phénomène toucherait surtout les étudiantes et viendrait d’une dangereuse contradiction dans les injonctions sociales imposées aux jeunes femmes: il convient à la fois d’être une «fitgirl» parfaitement mince, et d’entretenir une vie sociale trépidante:

«Les symptômes de l'alcoolorexie les plus courants chez les étudiantes sont le fait de sauter des repas (37,5%), la consommation de boissons alcoolisées sans sucres et à faible indice calorique (46,3%) et une la pratique d'un exercice physique à la suite d'une soirée alcoolisée pour éliminer (51,2%).»

En effet, choisir l’alcool au détriment des aliments dont notre corps a besoin semble bien drastique, d’autant plus que déverser trois verres de vodka-coca-zéro (mélange réputé pour être moins calorique) ne peut pas être bénéfique pour l’estomac ou le foie:

«Ces comportements sont très dangereux, car les jeunes adultes qui boivent sur un estomac vide, ou après avoir fourni un grand effort physique, augmentent de façon dramatique les risques de subir des conséquences sur leur santé physique ou mentale, comme des dommages cérébraux et cardiaques, des trous de mémoire, une dépression ou des déficits cognitifs», précise l'étude, selon «The Independent».

Si vous constatez certains symptomes de troubles du comportement alimentaire, ou pensez en souffrir vous-même, n’hésitez pas à contacter votre médecin. Parler est un premier, et énorme pas, vers la guérison.


A lire aussi:
J'ai fini par accepter l'alcoolisme de mon père
J'arrête l'alcool pendant 1 mois: quels seront les effets sur ma santé?
EnjoyPhoenix parle de son combat contre les troubles alimentaires

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.