Femina Logo

Depuis le succès de «Twilight» et ses multiples tapis rouges, on a de mémoire, toujours pu voir que les talons hauts étaient un supplice pour Kris­ten Stewart. Aussi, pour s’évi­ter trop de souffrance au Festival de Cannes, la jeune femme troque plus vite que son ombre ses escar­pins contre des baskets, et ce, dès qu’elle en a l’oc­ca­sion. Même en robe Chanel.

Preuves au photocall ou à la projection du film «Personnal Shopper» ce mardi 17 mai. Durant les applaudissements, la nouvelle Blondie, émouvante de fragilité, dévoilait ses pieds, chaussés de baskets bleus… franchement trouées. #YOLO

Double face

Alors bien entendu, la dualité de son person­nage a fait son succès et sa marque de fabrique. Parfois garçon manqué, parfois égérie Chanel très chic, à la manière d’un James Dean, Kristen Stewart navigue entre les deux tableaux avec beauté. Celle qui chausse un petit 37 semble avoir trouvé le bon moyen de combi­ner confort ET glamour.


Getty

«Personnal shopper», à la poursuite d'un fantôme

Dans le dernier long-métrage d'Olivier Assayas, présenté en compétition officielle, l'actrice, décidément omniprésente à Cannes cette année, y joue Maureen, jeune fille garçonne et torturée, qui attend à Paris un signe de l'au-delà de son frère jumeau mort d'une crise cardiaque.

Pour gagner sa vie, Maureen exerce un job qu'elle déteste: personal shopper. Et Assayas n'a pas son pareil pour faire le portrait d’une Américaine solitaire à Paris, qui aime se glisser dans des vêtements de luxe destinés aux stars. L'accueil à Cannes? Glacial. Sifflant lors de la première projection, mieux accueilli lors de la projection de mardi 17 mai au soir. Verdict en salle?


A lire aussi:
Kristen Stewart, belle et rebelle, obstinément
Kristen Stewart ne veut pas «labelliser sa sexualité»
Tapis rouge: Julia Roberts a osé gravir les marches de Cannes… pieds nus!

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.