Femina Logo

news people

Kristen Bell ne veut plus que sa dépression soit taboue

Kristen Bell ne veut plus que sa dépression soit taboue
© Getty

Kristen Bell a aussi révélé que plusieurs femmes de sa famille avaient été touchées par cette affection psychologique. Parmi elles, sa grand-mère et sa mère, qui l’a très vite informée de la situation et l’a ainsi dédramatisée.

La star témoigne: «Quand j’avais environ 18 ans, ma maman m’a demandé de m’asseoir, et m’a dit: «si un jour tu as l’impression qu’un nuage noir te poursuit, tu peux demander de l’aide. Tu peux me parler, à moi ou à un thérapeute, ou même à un docteur. Je veux que tu saches qu’il y a des options.» Je lui suis si reconnaissante pour son ouverture d’esprit sur ce sujet dont personne ne parle, parce que plus tard, quand j’étais à l’Université, ce jour est arrivé. J’avais une attitude négative, la sensation d’être submergée par une sensation d’être constamment dans l’ombre. Avant, j’étais généralement pétillante et positive, et soudain je ne me sentais plus moi-même.


A lire aussi:
La réponse parfaite de Wentworth Miller, humilié pour son poids
Alicia Keys: «Je ne supporte plus que l’on me dise d’être parfaite»
Dix stars pressenties pour la rentrée TV aux USA


Voici ce que je pense: pour moi, la dépression n’est pas de la tristesse. Ce n’est pas avoir une mauvaise journée et besoin d’un câlin. Cela m’a donné une impression insurmontable d’isolation totale et de solitude. Ces idées me rongeaient, et ont comme court-circuité mon cerveau. Je me sentais inutile, comme si je n’avais rien à offrir, comme si j’étais une ratée. Aujourd’hui, après avoir demandé de l’aide, je me rends évidemment compte que ces pensées étaient totalement fausses. Il est important pour moi d’être très claire à ce sujet, pour que les gens qui sont dans une situation similaire puissent réaliser qu’ils ne sont pas inutiles et qu’ils ont quelque chose à offrir. C’est le cas pour chacun d’entre nous.»

La star se soigne

Face au mal, Kristen Bell a montré la voie, en affirmant prendre des médicaments et suivre une thérapie pour lutter contre l'anxiété et la dépression. Elle soutient qu’il n’y a pas de honte à ça et estime que cette maladie ravageuse ne devrait plus être taboue, qu’on devrait pouvoir aller consulter sans complexes et sans être stigmatisés, et ce dès que les premiers symptômes apparaissent. On ne peut que l’en féliciter.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E25: Vieillir en aimant son corps

Comment accepter les signes du temps qui ancrent sur notre peau chacun de nos rires, chacune de nos peines et les grands bouleversements de notre vie? Dans cet épisode, une psychologue nous aide à faire preuve de bienveillance envers nous-mêmes et à comprendre les changements qui accompagnent le passage des années. Pour s'accepter et s'aimer tels que nous sommes!

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina