Femina Logo

Alors qu’ils ne sont ni cœliaques (intolérants au gluten) ni accros aux régimes de bobo écolos, un tiers des Américains dont de nombreuses stars comme Gwyneth Paltrow seraient sur le point de dire adieu au gluten. De plus, à en croire les articles sur le sujet, le gluten free promet des résultats quasi miraculeux: une peau sans pores, une énergie retrouvée, un corps plus mince, un transit au top et même… un cerveau plus intelligent. Il fallait le voir pour le croire.


LUNDI
Après avoir révisé hier soir sur Internet ce qu’était réellement du gluten: une protéine naturellement présente dans la plupart des céréales (blé, orge, seigle) et lu la liste des aliments No-glu, je décide de petit déjeuner toute la semaine avec café, fruits et amandes. Ce matin donc, je dis bye à mes gâteaux chéris au blé et au soja dans mon placard. Et je me déclare partie dans mon défi, pour vous chers lecteurs. Petite précision, je ne suis pas hypersensible au gluten, même si entre nous, je suis hyper fragile du ventre et hyper difficile: je suis quasi végétarienne. Je mange uniquement de la viande des grisons et du poulet bien blanc. Rien du tout qui ne flotte ou qui ne sache nager.
Vers 10 h 00, alors que je pense déjà à ce que je vais manger à midi… Je poste sur mon mur Facebook ce statut «semaine sans gluten, merci pour votre soutien et vos bons plans». Dans une abondance de commentaires, je me rends compte que mes amis (en majorité des femmes) sont sensibles au sans gluten, et sont nombreux à pratiquer cette diète. Certains pour des raisons de santé (maux de ventre chroniques, migraines, psoriasis), d’autres qui sont déjà végétariens ou ont une alimentation pauvre en blé.
Pour mes lunchs, je décide d’éviter la cafeteria de l’entreprise pour ne pas être tentée même si elle propose des buffets de légumes, elle sert souvent des plats en sauce qui peuvent contenir du gluten. Comme d’ailleurs les pâtisseries, la charcuterie, les salades toute faites (type lentilles ou carottes râpées), certains plats surgelés, les sauces soja ou la moutarde… Je pars donc au supermarché et me prépare des pique-niques (du style salades composées, légumes, fromages, fruits) pour la semaine. La Migros vend par exemple du pain sans gluten, mais honnêtement, je ne trouve pas cela délicieux. Une collègue me confie qu’il est meilleur passé au four. Le conseil tout de même ici, c’est de vérifier systématiquement les étiquettes des aliments. Une fois rentrée à la maison, pas trop de souci. D’autant plus que mon copain suit la cure avec moi. Au menu, poulet au citron et riz basmati.


MARDI
«Le chocolat, c’est sans gluten?» m’interroge une collègue. Je suis en train d’avaler un carré posé sur la table de briefing (la tentation est toujours grande dans cet open space). Zut. Je n’y avais pas pensé, et en effet, le chocolat peut en contenir. Je ferme les yeux dans le doute… Au deuxième jour sans gluten, je ne me sens donc pas plus intelligente.

MERCREDI
A midi, je tente la cafet’ car l'intitulé du plat est «courgettes grillées et quinoa». Le menu rentre dans mon programme. La tentation de prendre du pain au self est grande… je tiens le coup. Le soir, j’ai envie d’une pizza. Une vraie. Mais sur les blogs des No-glu, on l’avoue, il n’y a pas d’équivalent de qualité. Sagement, je me prépare des lentilles et des patates grillés.

JEUDI
J’ai rendez-vous au restaurant «Le Riva» à Evian pour une présentation de la carte d’automne. Comme je suis quasi végétarienne et en période d’essai sans gluten… et bien, je ne trouve pas grand chose à déguster. Pas toujours évident en société d’avoir des restrictions alimentaires… Ensuite, je sors dîner entre amis au restaurant. C’est en quelque sorte le «crash test». Mais surprise, mes copains choisissent une adresse (17 Côté Lac à Thonon-les-Bains) et la carte mentionne que leurs plats végétariens sont disponibles sans gluten. Le choix est vite fait et me plaît: ce sera burger au steak de légumes avec frites maison aux épices cajun.

VENDREDI
Je travaille depuis chez moi ce jour et m’autorise une pause miam «Chez Fernand» (toujours à Thonon-les-Bains, désolée, pour des adresses suisses, je vous renvoie vers notre article). Ici pas de sans gluten mais pas mal de plats végétariens. L’assiette qu’on me sert (soupe de navet, légumes cuisinés à la vapeur) est bonne mais je reste sur ma faim. Le soir, c’est le week-end: le froid est là alors on s’organise une raclette. Ouf pas de pain cette fois… La charcuterie vient de chez un boucher. Pas de trace de gluten.

SAMEDI
Sur la table de la maison (de ma famille), du pain, du pain du pain… J’en rêve avec du Nutella. Je suis en manque, je craque. Aïe. C’est trop bon, du pain grillé… J’enchaîne le midi par une tarte salée. Je me sens faible mais c’est vraiment difficile une fois qu’on a repris de s’arrêter à nouveau. En soirée, je suis invitée à une fête de famille à Annecy. Un bel endroit auréolé de quatre étoiles et gâté d’une vue somptueuse sur le lac. Mon pacte anti gluten brisé, je ne peux pas résister aux petits fours et autres «gluteneries» du dîner… Je me dis qu’il ne doit pas être aisé d’avoir une réelle intolérance au gluten dans ces cas-là, car on doit avoir l’impression d’embêter le monde. Aussi, je préfère ne pas raconter mon combat de la semaine car dans ma tête, la petite voix des bonnes manières me chuchote: tais-toi.

DIMANCHE
Je m’avoue perdante, voilà deux jours que je n’y arrive plus. Disons que j’ai tenu à 99,999 % pendant cinq jours. Le soir, un copain passe boire un verre. Je lui explique ma démarche de la semaine et je lui tends une bière et me sert tout de même un verre de vin rouge. On rigole sur le fait que ce serait plus efficace pour beaucoup de monde que ça soit le vin qui contienne du gluten…

Comme à chaque fois que je raconte ma «gluten free diet», je constate que tout le monde a un avis sur la chose… Son constat? Le gluten comme le lactose (il fait aussi polémique) sont la base de notre alimentation depuis la nuit des temps. Nous les digérons mal aujourd’hui? C’est à cause de notre vie moderne: trop de stress, pas assez de temps pour manger, pour faire des courses… J’aime bien cette idée et vous la note. Car je suis bien d’accord, les nutritionnistes ne diraient pas le contraire, l’important est de préparer au mieux ses plats, les diversifier, manger du naturel, lire les emballages, éviter les carences, ne pas s’interdire ce qui nous fait plaisir et de prendre ce temps après lequel nous courons tous. C’est en quelque sorte la morale que je tire de cette histoire. Je remarque aussi que manger gluten free n’est pas gratuit, mieux vaut compter un budget plus large…

J’ai beaucoup lu dans des magazines avant d’attaquer cette expérience que les résultats d’une cure sans gluten étaient visibles au bout de trois semaines ou un mois. Alors difficile pour moi de voir si des changements ont opérés en moi après ce micro arrêt… Côté estomac et intestins, je n’ai pas senti une amélioration ou un sentiment de ventre plat comme le promet ce régime. Côté peau et ligne? Je ne trouve pas ma peau plus belle et ne me sens pas plus au large dans mon jean… A mon avis, si l’on maigrit en continuant ce régime, c’est qu’on mange plus équilibré et moins en quantité. Il ne faut pas se leurrer: il existe aussi de nombreux gâteaux sans gluten…

Mon bilan

Je peux tout à fait me passer de pain ou de céréales le matin et le midi. Mais une fois le soir arrivé avec le poids de la journée sur les épaules, j’avoue qu’il est difficile de ne pas se servir une assiette de fromage avec du pain… L’expérience m’a fait faire une découverte: les galette de riz, super bonnes pour petit déjeuner. J’avoue ne pas avoir testé les fameuses pâtes sans gluten (on en trouve partout désormais, des Barilla aussi).

Ma conclusion culinaire? Et bien je ne cuisine pas trop, alors le petit bouquin «Recettes sans gluten» de Larousse (on trouve sur le net des dizaines de sites et de livres consacrés notamment sur Amazon) prêté par une de mes collègues ne m’aide guère… Ok, je testerai bien une prochaine fois cette recette de burger végétarien sans être vraiment convaincu d’acheter des petits pain No-glu. Enfin, je m’interroge: et si à terme, chaque aliment qui contient du gluten aura son pendant sans?

Podcasts

Dans vos écouteurs

E10: Devenir plus optimiste pour vaincre les pensées négatives

Un train annulé, une dispute, une gaffe (monumentale) en pleine réunion: il n'est pas toujours facile d'éviter que les imprévus du quotidien ne gâchent notre journée. Pourtant, il est totalement possible de choisir tous les matins d'être de bonne humeur et ainsi mieux rebondir face aux obstacles de la vie. La psychologue Brigitte Favre nous aide à reprendre le contrôle, pour remplacer les soupirs par les fous rires.

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.