Femina Logo

news société

#FeminaOpinion: les vergetures, c'est normal (alors laissez-les tranquilles)!

Vergetures shakeel instagram

L'artiste Sara Shakeel transforme les vergetures en art, sur son compte Instagram.

© Instagram Sara Shakeel

Finalement, une vergeture, qu'est-ce que c'est? Selon ce cher et fidèle Larousse, il s'agit d'«une fine raie cutanée due à une distension ou à la rupture des fibres élastiques du derme, due à la grossesse» ou à une abrupte modification du poids. En d'autres termes, à moins d'être dotée d'un formidable héritage génétique, nous aurons toutes affaire à ce phénomène un jour ou l'autre (ne me dites pas que vous n'avez jamais cédé au régime «yo-yo», ne serait-ce qu'une seule fois!). Et donc? Où est le problème, déjà? Ah oui! Une vergeture «c'est laid». Oui, car les poupées Barbie ou autres mannequins imprimés sur papier glacé n'en ont pas, elles. Et donc, syllogisme oblige, une vergeture, ce n'est pas beau.

Pour être honnête, la polémique actuelle me laisse perplexe. En plus d'être tout à fait naturelles, ces fines lignes blanches témoignent aussi du magnifique miracle qu'est la maternité. Et surtout, nous n'y pouvons strictement rien! Cacher une vergeture, finalement, c'est comme cacher un grain de beauté (et je ne serais pas étonnée d'apprendre que ceux-là aussi, sont gommés sur Photoshop). Mais bon, que voulez-vous, l'industrie de la mode étant ce qu'elle est, nous nous sommes convaincues de l'idée que ces traces sont «disgracieuses» et qu'il convient de les cacher.

Le putsch d'Asos

En juillet 2017, le célèbre site d'online shopping a décidé qu'il en avait eu assez. Au moment de mettre en ligne une nouvelle collection de maillots de bains, l'entreprise a laissé les cuisses de ses mannequins telles quelles. Et comme ces modèles sont de vraies femmes, en chair et en os, quelques légères lignes blanches étaient visibles sur leur corps. La nouvelle a évidemment créé un véritable haut-le-coeur sur les réseaux sociaux, où de nombreuses gourou de «body positivisme» ont félicité Asos de son geste.

Si nous commençons à accepter les vergetures comme un phénomène que présentent de nombreuses femmes (peu importe leur tour de taille), peut-être cesserons-nous enfin de nous sentir embarrassées, lorsque la coupe échancrée de notre bikini les laisse apparaître? L'idée d'Asos a su séduire les internautes, le mouvement de libération était lancé. Rapidement, la marque britannique Misguided a suivi l'exemple, résultant du même engouement. Ah, pourquoi n'ont-ils pas su résister à la tentation d'aller trop loin?!

Début novembre 2017, certains internautes ont remarqué que les vergetures visibles sur les modèles de Misguided avaient été numériquement... ajoutées! Furieuses, elles ont accusé la marque d'avoir modifié l'apparence des femmes photographiées, et de leur avoir ajouté des défauts, afin de s'attirer la sympathie de leur clientèle.

Fallait-il vraiment qu'un mouvement «body positive» se transforme en stratégie de marketing? Ne pouvait-on pas simplement laisser les mentalités s'adapter progressivement, à mesure que des marques commençaient à délaisser Photoshop et ses clichés de la beauté, dans une philosophie d'acceptation de soi? Espérons que d'autres marques oseront suivre l'exemple d'Asos, sans laisser la crainte de subir les mêmes critiques que Misguided les retenir.

Merci, Sara Shakeel!

En matière de libération des vergetures, citons plutôt le merveilleux travail de l'artiste Sara Shakeel: sur son compte Instagram, cette ancienne dentiste pakistanaise a transformé les lignes blanches en magnifiques oeuvres d'art, en les parsemant de paillettes dorées. Son idée tend à montrer que toute femme peut être touchée par ces petites marques, et qu'elles possèdent une beauté unique, qui témoigne de diverses expériences vécues dans une vie.

Sans lancer d'inutiles débats ou tenter de dorer sa réputation, l'artiste a simplement voulu révéler la beauté d'un trait physique que nous sommes si occupées à camoufler. C'est cela qu'il nous faut! Comprendre qu'il n'y a aucune honte à porter sur nos cuisses ou décolleté, de petites vergetures toutes naturelles. Qu'allons-nous faire?! Arrêter d'avoir des enfants, par peur de voir notre peau légèrement striée? Jamais!

Un corps de femme traverse bien des épreuves durant son existence: et ce ne sont pas deux ou trois lignes blanches qui vont nous les faire regretter!


A lire aussi:
#LoveYourLines: des vergetures comme des poèmes qui retracent des histoires
Un couple en maillot de bain nous redonne le sourire (et fait le buzz)
Objectif #BodyPositive: 3 instagrammeuses inspirantes à suivre

Podcasts

Dans vos écouteurs

E16: Apprendre à se déconnecter pour se retrouver

Si vous n'osez même pas vous demander combien de temps vous consacrez au «scrolling» chaque jour, cet épisode est fait pour vous. Doux rappel pour les «smartphone-addicts», il nous encourage à prendre un pas de recul, en questionnant les raisons qui nous poussent à dégainer notre téléphone... pour reprendre l'habitude de lever les yeux!

Avec le soutien de Homegate

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.