Femina Logo

famille

En Suisse, une femme sur dix est licenciée après son congé maternité

En Suisse, une femme sur dix est licenciée après son congé maternité

Une étude réalisée par TravailSuisse a révélé qu'une femme sur 10 était licenciée à son retour de congé maternité.

© Getty

Gérer la garde de l’enfant, sa nouvelle vie de maman et reprendre son activité professionnelle fait figure de parcours du combattant. Mais lorsque, en plus, l’employeur s’acharne à mettre des bâtons dans les roues des jeunes mères, la mission devient bien souvent impossible. C’est ce que révèle une enquête publiée par le «Blick». Verdict: la situation des femmes ayant eu un enfant ne cesse de se détériorer en Suisse.

Une discrimination qui débute dès la grossesse

Cet alarmant constat se vérifie également via une récente étude réalisée par Travail Suisse. Celle-ci signale qu’une femme sur dix est licenciée après un congé maternité. Certaines choisissent également de jeter l’éponge, puisque selon l’Office fédéral de la statistique, une mère sur sept quitte le marché du travail après la naissance d’un enfant.

Le nombre d’heures (faramineux!) que les mamans passent à allaiter

La discrimination touche les femmes dès le début de leur grossesse, comme l’explique Dieter Egli, porte-parole du syndicat Syna, au «Blick»:

Les employeurs pensent que les nouvelles mamans causent des problèmes. Trop souvent, ils les poussent à démissionner au début de leur grossesse en leur expliquant qu’ils n’ont pas de travail convenable à leur offrir.

Des mamans qui posent problème...

Dirigées ainsi vers la sortie, elles sont ainsi nombreuses à baisser les bras. Cela pose de graves problèmes, car les futures mères ne peuvent alors pas bénéficier pleinement du congé maternité et de sa protection contre le licenciement. Car comme le rappelle «Le Matin», l’employeur ne peut résilier le contrat d’une travailleuse ni durant la grossesse, ni dans les 16 semaines qui suivent l’accouchement. Après ce laps de temps, ils sont ainsi nombreux à se défaire de leurs employées, craignant que «leurs nouvelles obligations familiales affectent leur présence au travail». Dans ce cas, le licenciement est clairement discriminatoire.

Quand les femmes politiques viennent avec bébé

Cette situation est qualifiée d’«incompréhensible» par Fredy Geuter, porte-parole de l’Union patronale suisse, qui ne tolère pas qu’on utilise le congé maternité comme une excuse pour se séparer d’une employée. Le problème? La Suisse ne protège pas les jeunes mères contre les licenciements pour des raisons économiques.

Il est tout à fait possible de contester ces licenciements discriminatoires, mais pas d’en demander l’annulation, note «La Côte»: «L’employée licenciée peut alors prétendre à une indemnité atteignant au maximum 6 mois de salaire».

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Dans vos écouteurs

E18: Comment apprivoiser le silence

Vous aussi, vous avez du mal à supporter le silence? Dans notre société rapide et bruyante, on ne réalise pas toujours à quel point nous sommes entourés de bruit, d'un tumulte incessant qui, au fond, nous rassure. Dans cet épisode étonnant, une psychologue nous parle des nombreuses vertus du silence et nous offre quelques pistes pour le réintroduire dans nos vies. Car même s'il peut faire peur, il ne nous veut que du bien!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina