Femina Logo

Choisir une personne capable d’immortaliser l’un des plus beaux jours de sa vie n’est jamais évident. Il est recommandé de s’y prendre à l’avance: «Les photographes ‘stars’ sont réservés 1 an et demi à l’avance», explique Cindy Evans, 32 ans, du studio Photo-Vertige à Dommartin. Si l’on a un coup de cœur pour le travail d’un artiste, mieux vaut donc ne pas attendre.

S’il faut se méfier des offres trop basses, les forfaits hors de prix ne sont pas toujours gage de qualité. «Ce qui compte le plus, c’est le bouche à oreilles: faites confiance à vos proches! Et il faut que la personne soit passionnée par le reportage-mariage, sinon les photos risquent seront trop plates», conseille Cindy. «Le photographe doit véritablement s'intéresser aux mariés, avoir une sensibilité et être capable de percevoir les besoins du couple, ajoute Zoé Jobin, 26 ans, photographe de mariage depuis 8 ans. Une autre qualité nécessaire? Avoir le contact facile: il doit parvenir à se fondre parmi les invités et à mettre tout le monde à l'aise.»

Les erreurs à ne pas commettre

Un bon photographe coûte en moyenne entre 1'500 et 2'500 francs. Si l’on n’a pas un grand budget, ne vaudrait-il pas mieux demander à l’un de ses proches de prendre les photos? «Grave erreur, assure Cindy. 9 personnes sur 10 seront déçues du résultat, les attentes des mariées sont souvent très grandes et cela peut causer de grands dégâts dans les familles.» Pas facile d’assurer pour quelqu’un qui n’est pas professionnel, d’autant plus que l'invité en question ne profitera pas de la fête. «Un photographe professionnel capte différemment les choses, il sera capable de porter un autre regard sur la fête et proposera des photos beaucoup moins factuelles», analyse Zoé. La solution pour les budgets serrés: embaucher un photographe pour une seule partie de la fête (cérémonie, apéritif, souper…) fera baisser sensiblement la facture.

Avant de payer tout acompte, il est fortement recommandé d’exiger un contrat, cela permet d’éviter d’éventuels ennuis. Les deux professionnelles conseillent également de toujours rencontrer les mariés avant le jour J. «En discutant, on parvient à cerner leurs envies, explique Zoé. On fait aussi connaissance, c’est très important, car l’on rentre dans leur intimité. C’est une chance d’exercer ce métier: on partage un moment joyeux, l’un des plus beaux jours de leur vie!»

Cindy Evans
1 / 17© DR
Zoé Jobin
2 / 17© DR
Cindy Evans
3 / 17© DR
Zoé Jobin
4 / 17© DR
Cindy Evans
5 / 17© DR
Zoé Jobin
6 / 17© DR
Cindy Evans
7 / 17© DR
Zoé Jobin
8 / 17© DR
Cindy Evans
9 / 17© DR
Zoé Jobin
10 / 17© DR
Cindy Evans
11 / 17© DR
Zoé Jobin
12 / 17© DR
Cindy Evans
13 / 17© DR
Zoé Jobin
14 / 17© DR
Cindy Evans
15 / 17© DR
Cindy Evans
16 / 17© DR
Cindy Evans
17 / 17© DR

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Avant la petite pause estivale du podcast, nous voulions vous remercier pour votre écoute et votre présence, toujours plus nombreuse! Dans cet épisode spécial, chacune d'entre nous interviewe l'autre quant à ses meilleurs souvenirs et anecdotes d'été... pour vous mettre dans l'ambiance des vacances.

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

S'il vous arrive d'angoisser à l'idée d'avoir contracté une maladie, avant de réaliser que vous vous êtes inquiétés pour rien, cet épisode est pour vous! Une psychologue nous parle de l'hypochondrie, de ses possibles causes, et nous propose des exercices destinés à l'enrayer, à raisonner notre cerveau inquiet et à interrompre les cycles de pensée anxieux. 

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina