Femina Logo

news société

Chronique: mille milliards de Millenials

Chronique Sonia Arnal

Sonia Arnal est rédactrice en chef adjointe du Matin Dimanche. Dans sa vie comme dans la vôtre, rien ne se passe jamais comme il faudrait…

© Silke Werzinger

Mais qui sont les «Millenials»? J’ai failli pouvoir vous en parler de l’intérieur, vous livrer un témoignage bouleversant d’humanité en me dévoilant, mais non: les gloseurs qui comptent le plus large les font remonter à 1976 – j’ai raté le coche de peu. Quoique: les deux auteurs qui ont créé le terme situent leur naissance au début des années 1980; leur idée étant que ces gens-là auraient leur matu, ou son équivalent local, en l’an 2000, d’où leur nom. Donc déjà, les «Millenials», on ne sait pas de quand ils datent, ni quand ils s’arrêtent (entre 1996 et 1999, semble-t-il, mais rien n’est sûr). Ni comment ils s’appellent, parce que certains chercheurs préfèrent génération Y, sous prétexte que celle d’avant avait été baptisée X.

On ne sait pas très bien non plus ce qui les caractérise, parce qu’en gros, ceux qui ont essayé de leur trouver des points communs sur le plan psychologique relèvent des choses comme une propension au narcissisme doublée d’une certaine dose d’altruisme avec un vrai souci du monde dans sa globalité, mais un réel attachement à la dimension très locale de leur mode de vie. Totalement novateur, moi je dis. Sinon, quand on leur demande dans les sondages s’ils ont envie de gagner beaucoup d’argent, ils répondent étonnamment: «Oui». Voilà qui les distingue radicalement de leurs prédécesseurs. Bref, sous prétexte que quand ils ont vu le jour, l’ordinateur personnel trônait déjà dans les foyers, les gens qui font métier de décortiquer les mœurs et les habitudes de consommation essaient de se, et de nous convaincre, que ces jeunes-là n’ont plus rien à voir avec les générations qui sont nées pendant l’ère de la TV. Ou de Gutenberg.

Ils ont réussi à nous faire croire qu’ils sont différents, donc intéressants.

Que vous dire? J’en ai pondu deux exemplaires, qui ont ramené à la maison nombre de leurs semblables. Des «Millenials», j’en ai vu de près, qui, comme tout le monde, ont commencé par vagir dans leurs langes, puis sont devenus civilisés à force d’éducation. Ils ont même fini par accéder au langage articulé. Que leur imaginaire se soit nourri de séries vues en streaming, dans lesquelles le héros adolescent devient grand en choisissant d’aimer la fille du clan ennemi du sien depuis toujours, ne me semble pas en faire des êtres structurés de manière totalement différente de leurs parents, ni porteurs de valeurs qui nous seraient étrangères. En plus, ils ne gagnent même pas leur vie, et squattent le plus souvent chez leurs parents jusqu’à un âge avancé, c’est vous dire leur valeur marchande.

Non, le seul vrai talent des «Millenials», c’est d’avoir réussi à nous faire croire qu’ils sont différents, donc intéressants, et d’avoir ainsi jeté à leurs pieds des hordes de spécialistes affamés de révolution sociale et consumériste.


A lire aussi:
Immersion au «Royaume du Web»: nos rencontres et nos impressions
Génération Xennial: ni jeune ni vieille
Chronique: La gratuité ça leur fait un drôle d’effet

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.