Femina Logo

Et pourtant! Cela veut dire qu’il devrait être possible de mieux prévoir l’évolution de chaque tumeur, et donc de choisir un traitement adapté au cas par cas, voire d’en trouver de nouveaux. La concrétisation de ces travaux menés par des équipes européennes et canadiennes prendra encore quelques années, mais l’avancée est décisive.

L’étude - très pointue - a paru le 18 avril 2012 dans l’édition on line de Nature (in English of course). Les auteurs viennent principalement de l’Université de Cambridge (GB) et de celle de Colombie britannique au Canada.

A lire

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E56: Que faut-il manger, quand on est fatigué.e?

Dans vos écouteurs

E55: Comment reprendre le sport en douceur, après l'hiver

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné