Femina Logo

femina s'engage

Cancer du sein: augmentation des ablations mammaires sauf chez les 50-74 ans

Le nombre global de séjours chirurgicaux pour cancer du sein (tous types de chirurgie et de tumeurs confondus) est globalement stable, voire "a tendance à diminuer" (64 785 en 2005 contre 64 000 en 2009), a indiqué Stéphanie Gathion (Institut national du cancer). Parmi ces séjours, le nombre d'hospitalisations pour mastectomies totales a légèrement progressé (17 916 en 2005 contre 18 627 en 2009), soit un taux de mastectomies totales de 29,1% en 2009 contre 27,7% en 2005, tous âges confondus.

L'augmentation "la plus marquée" concerne les femmes de moins de 40 ans (36,3% contre 30,1%), a souligné Stéphanie Gathion. Pour les femmes de 50 à 74 ans, dont le nombre a progressé de 5,5% au cours de cette période, et qui sont la population cible du dépistage organisé, "on observe une certaine stabilité": 25,1% en 2009 (contre 24,6% en 2005). Cela "sans qu'on puisse pour autant évoquer tout lien de cause à effet avec la généralisation du programme de dépistage", a précisé Stéphanie Gathion.

Une des limites de cette étude, a-t-elle indiqué, est qu'elle ne permet pas de différencier les interventions initiales des "reprises" pour récidives ou seconds cancers. Le 33e congrès de la Société française de sénologie et de pathologie mammaire (SFSPM), qui se tient de mercredi à vendredi à Marseille, est consacré au surdiagnostic et au surtraitement.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E28: Comment digérer les bouleversements actuels

Dans un format réinventé pour respecter les mesures de sécurité, on vous parle des façons d'accepter et de s'adapter à la nouvelle réalité que nous impose le Coronavirus. Comme un petit «pep talk» motivant, nous vous relayons les conseils rassurants d'un expert, pour rester indulgents envers soi-même, en cette période bien particulière. 

Dans vos écouteurs

E27: Comment alcaliniser notre organisme pour booster notre forme

Certains aliments peuvent-ils vraiment rendre notre corps plus acide, et détériorer ainsi notre santé? Faut-il donc manger davantage d'aliments qui, au contraire, basifient notre organisme? Dans cet épisode dédié à l'alimentation, un micro-nutritionniste démêle le vrai du faux en ce qui concerne le régime alcalin et offre plusieurs pistes pour une alimentation optimale. (Spoiler: non, cela ne signifie pas qu'il va falloir bannir le chocolat!)

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina