Femina Logo

santé

Auto-diagnostic: Dr. Internet se trompe dans 64% des cas

Auto diagnostic Dr Internet se trompe

Les conclusions de l'étude australienne sont claires: pour savoir de quoi l’on souffre, rien ne peut se substituer à un médecin en chair et en os!

© Tim Mossholder / Unsplash

Consulter un site médical plutôt que de se rendre chez son médecin est aujourd’hui un geste banal et ultra répandu. Au point que Google traite en moyenne 70 000 recherches liées à la santé par minute. Mais attention, Dr Internet n’est pas la panacée. Et loin s’en faut.

Comme le démontre une recherche menée par une équipe de l'Edith Cowan University australienne, qui a effectué 1170 tests correspondant tous à des scénarios médicaux courants, les 36 applis et sites web les plus populaires du monde qui posent un diagnostic sur la base de symptômes n'ont raison que dans 36% des consultations. Donc plus ou moins ou complètement tort dans 64% des cas. De même, si 49% des conseils de prise en charge prodigués se révèlent valables, 51% des recommandations sont inadéquates.

Autant dire que le bilan est mitigé, note Michella Hill. Auteure principale de l'étude, elle estime que les résultats de cette enquête doivent faire réfléchir les gens. «Même s'il peut apparaître tentant d'utiliser ces outils pour contrôler la cause des symptômes ressentis...

... Ils sont dans le meilleur des cas non fiables et peuvent même s'avérer dangereux dans le pire des cas!», explique-t-elle.

Fausse certitude

Par ailleurs, elle relève que ces contrôleurs de symptômes en ligne sont susceptibles de donner une fausse certitude et, pour le coup, se révéler carrément dangereux:

«Les personnes ayant peu de connaissances médicales peuvent penser que cet avis donné sur internet est exact ou même qu'ils ont une maladie qui n'est pas grave, alors que ça peut être totalement l’inverse!»

Pour la scientifique, nous souffrons tous à un moment ou l’autre de cyberchondrie (qui est la recherche quasi obsessionnelle de supposés problèmes médicaux sur internet) et avons tendance à surfer au moindre bobo.

«Mais en réalité, ces sites internet et ces applis devraient être utilisés avec beaucoup de prudence: ils ne connaissent ni votre historique médical ni vos autres symptômes!»

Bref, elle insiste: pour savoir de quoi l’on souffre, rien ne peut se substituer à un médecin en chair et en os. Comme quoi n’est pas Dr House qui veut...

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Saskia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E41: Les pouvoirs de l'écriture et comment se lancer

Dans vos écouteurs

E40: Comprendre et pratiquer l'autohypnose

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina