témoignages

    «J’ai quitté l'industrie du tabac pour défendre des projets responsables»

    Après de nombreuses errances professionnelles, Laure a créé sa propre entreprise pour défendre des projets qui ont du sens et qui collent à ses valeurs. De la fondation de son agence de communication à son partenariat avec Mike Horn, elle nous raconte son parcours étonnant, avec beaucoup de sincérité. 

    Publié le 
    11 Juillet 2018
     par 
    Valérie Fournier

    Je suis née et j’ai grandi en Valais, dans une famille très conservatrice. Après ma matu, aux yeux de mon père, il n’y avait pas d’autre voie que l’université. La barre était placée haut: ma grande sœur était en HEC, à Saint-Gall. Je me suis inscrite en droit à Lausanne, mais sans conviction, car je rêvais plutôt de beaux-arts. Toutefois, quitter mes parents, à 19 ans, fut synonyme de liberté totale.

    Après de mauvaises rencontres et un an de fêtes ininterrompues, j’ai raté mes examens et me suis retrouvée en échec définitif. De toute façon je n’ai pas aimé l’aspect «foule solitaire» de l’uni, où chacun étudie dans son coin. Le côté social, l’appartenance à un groupe, me manquait. Je suis revenue à Sierre, où j’ai suivi les cours de l’Ecole de tourisme durant trois ans et obtenu mon diplôme.

    Puis il y a eu cet événement marquant, l’échec de la candidature de Sion aux JO 2006. Comme beaucoup de Valaisans, j’étais en larmes, en ce jour tragique de 1999, sur la place de la Planta, car je comptais bien contribuer à l’organisation de la manifestation.

    «J'ai tout quitté, afin de me retrouver»

    De petits jobs en boulots frustrants

    J’ai alors décidé de retenter ma chance hors du Valais et je me suis retrouvée conseillère en placement à Lausanne. Cela consistait à balancer des listes de candidats pour tous les postes possibles en espérant que ça marche, mais aussi à faire à peu près tout, y compris passer l’aspirateur! Je travaillais aussi au MAD comme serveuse, les nuits de fins de semaine, jusqu’à 5 heures du mat’. C’était fun, mais épuisant. J’étais entourée de mecs lourds.

    J’ai tout plaqué pour un job à la CGN, dans le marketing. Je faisais partie de l’équipe qui a organisé les premières croisières festives avec musique électronique. Forcément, cela dérangeait les riverains et j’ai fini par devenir un bureau de réclamations, alors je suis partie avant de postuler chez un géant du tabac. Je me suis présentée au rendez-vous en tenue très décontractée et j’ai même accepté une clope de la recruteuse.

    Mamans est aventurières, elles participent à un rallye dans le désert

    Elle m’a engagée, car elle avait bien aimé que je sois moi-même. J’ai passé huit ans très enrichissants dans cette boîte, qui avait un management à l’américaine, plutôt positif. Tout le monde était responsable de quelque chose, même la fille qui classait le courrier était «mailing manager». C’est très valorisant.

    Chaque employé avait sa zone d’action, qu’il pouvait développer comme il l’entendait. Voilà pour le côté positif. Mais il y avait aussi des séances de team building bizarres. Lorsque je me suis retrouvée à planter des clous dans un totem en bois censé représenter la concurrence, je me suis dit que c’était too much.

    L’arrivée d’un bébé

    En travaillant pour l’industrie du tabac, on passe son temps à se justifier et à resservir un discours prémâché par le département de «responsabilité sociale». J’avais une phrase toute prête pour les détracteurs, expliquant qu’on ne forçait personne à fumer, que chacun était responsable de son choix, qu’on ne faisait pas de promo auprès des moins de 18 ans.

    «Je suis une rebelle qui se bat pour une cause»

    Le déclic est venu après la naissance de ma fille. J’ai voulu baisser mon taux d’occupation pour passer du temps avec elle, mais cela m’a été refusé. Pas compatible avec l’esprit de la boîte. J’avais aussi un gros problème éthique: je voulais élever mes enfants avec un certain nombre de valeurs et je vendais des cigarettes. J’ai donné mon congé et tenté de trouver une activité qui soit en adéquation avec mon moi profond. Lorsque j’ai eu un deuxième enfant, la transmission est devenue un vrai leitmotiv, mais je pense que ça doit être le cas de toutes les mamans. J’ai enchaîné les mandats avec beaucoup de conviction, mais souvent beaucoup de déceptions.

    J’ai bossé deux mois pour une marque qui avait le mot éthique dans son nom, mais traitait ses employés de façon tout sauf respectueuse. J’étais la seule femme dans la direction et on me faisait faire le café.

    Après cette expérience, je suis allée taper à la porte de Fabiana, celle qui est mon associée aujourd’hui, et qui est devenue une amie chère. Je l’avais rencontrée chez le cigarettier, nous avons eu nos enfants en même temps et sommes complémentaires, partageant des valeurs fondamentales communes. J’avais eu une illumination dans ma voiture – comme souvent – nous devrions fonder notre agence de communication et marketing éthique et responsable, pour défendre les petites initiatives sociétales et environnementales. Nous avons brainstormé deux mois et nous nous sommes lancées.

    Mampreneure: Shirley Berrios lance «éco-tsapi», une marque d'emballages naturels

    Mike Horn comme partenaire

    L’un de nos premiers partenaires a été l’aventurier Mike Horn. Je l’ai approché pour lui proposer un concept autour de l’eau, son élément préféré. Nous l’avons accompagné à Monaco, pour le départ de son expédition Pole 2 Pole. Nous lui avons confié des fioles pour qu’il prélève des échantillons, afin de créer une base de données de la qualité de l’eau. Cette opération citoyenne baptisée Water Drop DNA est toujours en cours, tout le monde peut y participer.

    Ce fut notre coup d’essai, nous n’étions pas superorganisées, mais cela nous a permis de rencontrer des gens qui étaient dans le même mood que nous. Notre but est vraiment d’aider de petites structures à communiquer sur ce qu’elles ont de responsable, mais aussi de les mettre en contact entre elles. Nous essayons aussi de convaincre de plus grandes entreprises d’investir dans ces projets, de redistribuer leurs bénéfices, dans ce que l’on appelle l’économie circulaire. Chacun y gagne en visibilité et en crédibilité. Les multinationales ont toutes leur propre département de responsabilité sociale. Nous aimerions fonctionner comme un label, une entité neutre et impartiale, qui atteste le bien-fondé de leurs démarches.

    Notre tandem fonctionne vraiment bien et colle à ma vision du monde professionnel, basée sur le partage, l’échange et l’amitié. Parfois avec un peu d’excès, car je suis une idéaliste.

    Mon prochain cheval de bataille? Ecrire un conte pour enfants, qui expliquerait comment préserver l’eau. Mon rêve serait qu’il soit ensuite distribué dans les écoles. Ce livre illustré conjuguerait tout ce que j’aime, l’écriture, la transmission et résumerait parfaitement ce à quoi j’aspire: être un exemple pour mes enfants à travers mon travail. 

    A lire également
    À 20 ans, sur un coup de tête, Sarah décide de larguer les amarres, en stop, sans un sou en poche. Direction: le vaste monde.
    O
    Julie a inscrit le mot Bali sur la liste de ses envies. Aujourd'hui installée à 12 000 km de la Suisse, elle est animatrice pour une radio romande.
    O
    Frédérique assise fauteuil
    Paraplégique suite à un accident de la route, Frédérique n’a pas renoncé à son amour des voyages. Elle parcourt le monde hors des sentiers battus.
    O
    paillettes qui s'envolent
    News société
    Une fin annoncée? Des scientifiques réclament le bannissement planétaire de ces petites particules de lumière.
    O
    licorne jouet mains fille vernis pastel
    News société
    Ou comment sortir de la surconsommation et gagner de l'argent.
    O
    News société
    Elles seront remplacées par des versions en papier, afin de préserver la planète.
    O
    Portrait femme avec plante
    Tendances
    A quelques semaines de la Fashion Revolution week, des créateurs nous parlent de leurs gestes pour la planète.
    O
    Bandes de tissu jean
    News mode
    L’industrie de la mode change. Autrefois uniquement préoccupée de l’instant présent, elle pense désormais recyclage et revalorisation.
    O
    nettoyage plage
    News loisirs
    Mettez-vous au vert en participant à des ateliers créatifs et ludiques ou à des nettoyages de quartier.
    O
    News société
    Serhat Açig est parvenu à créer un système de nettoyage dépourvu de «perchloroéthylène», substance potentiellement dangereuse.
    O
    Soins & Bien-être
    Et si on adoptait la slow cosmétique, histoire de coller à la tendance eco-friendly qui fait du bien à la planète? Découvrez tous nos conseils ♡
    O
    Pierre Niney portrait veste jeans t-shirt blanc
    News people
    Ambassadeur pour Montblanc et conscience écolo: rencontre au SIHH avec l'attachant comédien français.
    O
    News loisirs
    Après Sion, «Chez Mamie» inaugure désormais son antenne lausannoise.
    O
    Famille
    Entièrement faits-main, ils répondent à nos besoins tout en respectant l’écologie.
    O
    amis cinéma bouées
    News loisirs
    Un ciel étoilé, une couverture douce, des pop-corn et un bon film: qui dit mieux?
    O
    Phanee de Pool à la buvette du Débarcadère, à La Neuveville
    Cuisine
    Un lieu au bord de l’eau qui allie charme, convivialité et bons petits plats.
    O
    jeune femme sur un paddle coucher de soleil
    En Suisse
    C’est l’activité ludique à ne pas manquer cette saison: voici où la tester.
    O