santé

    La cellulite est-elle notre ennemie?

    Il y a des vagues dont on aimerait s’épargner la vision, surtout à l’approche de l’été: celles qui se dessinent sous l’épiderme de nos cuisses! La peau d’orange est la bête noire de toutes les femmes ou presque. Mais mérite-t-elle vraiment tant de haine?

    Publié le 
    16 Juin 2015
     par 
    Anne Laure Gannac

    Lipodystrophie gynoïde: c’est le nom officiel de la cellulite. Pourquoi gynoïde? «Parce qu’elle concerne exclusivement les femmes, et au moins 80% d’entre elles», répond Sophie Nordback, chirurgienne plasticienne. Comme elle l’explique, «il s’agit d’une altération de la surface de la peau due à l’accumulation de graisses sous-cutanées dans ces zones que sont, le plus souvent, les fesses et les cuisses».

    Hormones, quand vous nous tenez…

    Si les femmes en ont l’apanage, c’est pour des raisons hormonales: à partir de la puberté, sous l’effet des œstrogènes, les cellules graisseuses (ou adipocytes) qui se trouvent sous le tissu cutané stockent la graisse et donc, prennent du volume. D’où ces sortes de boules qui apparaissent quand on pince la peau. Une hypothèse avance que ce serait une stratégie mise en place il y a plusieurs millénaires par notre organisme pour faire des réserves en cas de disette. Certes, dans nos sociétés contemporaines où l’on cherche moins à manger à sa faim qu’à tenter de la refréner, cette prévention est devenue obsolète. Mais comme la nature compte en millénaires, il faudra sans doute attendre encore un bon nombre de siècles avant que les choses changent!

    Des facteurs secondaires

    Outre ce facteur hormonal, une mauvaise circulation lymphatique est aussi en cause. Le système lymphatique est chargé d’aider à l’élimination des toxines dans l’organisme. S’il fonctionne mal, elles se stockent inévitablement dans les zones les plus graisseuses. Le facteur génétique est également à prendre en considération: c’est ainsi que des lignées de femmes sont épargnées, pendant que d’autres se transmettent éternellement le lourd héritage de ces ondes sur les cuisses. Et ce ne sont pas nécessairement les plus gourmandes ou les moins minces. Car la peau d’orange est, sur ce point, des plus égalitaires. Petite consolation: même les mannequins filiformes peuvent s’en plaindre.

    Un bon signe!

    Mais faut-il s’en inquiéter? Certes, sa terminaison en «ite» semble la ranger dans la catégorie des maladies. Pourtant, elle ne représente aucun danger pour la santé. A en croire le professeur François Pralong, chef du service d’endocrinologie au CHUV, elle serait même bienveillante. «Ces zones de stockage sont bien plus neutres que, par exemple, le ventre. Les personnes qui ont la chance de mettre leur excès de calories dans ces endroits du corps vont donc être mieux protégées des risques liés au cholestérol, au diabète et aux problèmes cardio-vasculaires.» Non seulement notre cellulite ne devrait pas nous préoccuper, mais nous devrions la remercier!

    Surpoids et sédentarité

    «Ce n’est pas la cellulite elle-même qui doit inquiéter, mais le surpoids qui l’accompagne éventuellement», poursuit Sophie Nordback. Car même si elle frappe aussi les silhouettes les plus minces, des études ont tout de même établi un lien entre une surcharge pondérale et ces capitons mal-aimés: l’accumulation des graisses favorise la rétention d’eau et des toxines, donc de la cellulite. Un mode de vie très sédentaire est tout aussi déterminant, puisqu’il réduit là encore le drainage lymphatique.

    Les méthodes à l’essai

    Un phénomène qui concerne presque toutes les femmes et qui les répugne tout autant constitue évidemment un marché en or pour les industries cosmétique et pharmaceutique. Les crèmes miracles, soins, compléments alimentaires ou encore culottes spéciales sont pléthores, promettant de retrouver une peau de bébé en quelques semaines seulement. Malheureusement, c’est du bluff. «La médecine esthétique propose diverses techniques comme la cryolipolyse (avec du froid), des lasers, des ultrasons, et d’autres soins en ambulatoire, sans anesthésie», remarque Sophie Nordback, qui ajoute que tout cela est cependant très moyennement efficace. «La liposuccion reste la méthode médicale la plus performante, mais elle n’est pas anodine: cela suppose une anesthésie locale importante, voire générale. Et rien ne garantit que la cellulite ne revienne pas quelques années plus tard. Car c’est aussi l’hygiène de vie qui doit être revue.»

    Ce qui marche

    Bouger, marcher, se muscler, s’étirer, se faire masser, manger équilibré… Les principes clés sont classiques, mais ils sont plus que jamais utiles pour lutter contre le stockage des graisses. Un autre conseil – empli de bon sens – pourrait s’y ajouter: relativiser! Puisque la cellulite n’est pas en soi notre ennemie jurée, voire presque une alliée, pourquoi vouloir à ce point sa disparition? L’accepter n’est pas se résigner. C’est aussi une façon de lutter contre le culte du jeunisme qui veut nous faire regretter notre silhouette prépubère, et d’affirmer notre féminité, avec tous ses particularismes.

    3 trucs pour faciliter le drainage lymphatique

    1. Chaque matin, finissez la douche par un jet d’eau très froide passé lentement des pieds vers le haut des fesses, puis du haut vers le bas. L’expérience est désagréable au début, mais le corps s’y habitue étonnamment vite. Après quelques jours, vous pourrez même remonter sur le ventre et le dos. Idéal pour stimuler la circulation sanguine et lymphatique.

    2. Découvrez le brossage à sec. Le matin avant de vous habiller, ou le soir avant de vous coucher, prenez une brosse à poils fermes et si possible avec un long manche, et passez-la des pieds jusqu’à la nuque en passant sur tout le corps, y compris bras et dos. Aux effets stimulants pour la circulation s’ajoutent des vertus d’exfoliation et de détente.

    3. Toutes les postures qui consistent à se retrouver la tête en bas et les pieds en l’air permettent de stimuler la circulation. Si vous êtes en forme, tentez le poirier. Si vous ne parvenez pas à monter les jambes, demeurez dans la posture en gardant les jambes au sol derrière vous, pliées mais pas trop, de façon à maintenir le haut du corps en posture d’inversion.

     

    A lire également
    Gamme de soins anti-cellulite de Comfort Zone
    Gamme de soins anti-cellulite Body Strategist
    O
    Il peut être un allié pour perdre du poids, à condition de ne pas mettre tout et n’importe quoi dans son blender.
    O
    femmes qui courent à l'extérieur
    Le point sur ces croyances, vraies ou fausses.
    O
    En Suisse
    La saison des verrées sous le soleil est là. Petit tour d’horizon de bars et restaurants insolites.
    O
    Voyage
    Partir en vacances sans hypothéquer son 2e pilier, c’est possible. Lonely Planet a dressé la liste des destinations les plus abordables.
    O
    alp turnels bain petit-lait frais gstaad escapade bien-être suisse
    En Suisse
    De Gstaad à Zermatt en passant par La Chaux-de-Fonds, focus sur 6 soins naturels... et exceptionnels.
    O