news société

    «Mom Hair»: le concept qui culpabilise les mères

    Comme de nombreuses Américaines, des mamans de la rédaction ont été choquées par l’article du «New York Times» de Bee Shapiro, «Mom Hair: It Exists. Now What to Do About It». Cette publication, consacrée aux «coupes de mère», fait littéralement le bad buzz. Explications.

    Publié le 
    29 Juin 2016
     par 
    Juliane Monnin

    Si l’on ne parle pas de son propre vécu, on a toute une jeune maman dans notre entourage qui, harassée par les nuits blanches et dépassée par l’arrivée épuisante d’un nouveau-né, a laissé ses cheveux en jachère.

    Et qui, dans un élan de désespoir, a poussé la porte d’un coiffeur pour trouver LA coupe «facile à vivre». Un choix tragique selon Juan Carlos Maciques, un styliste capillaire de Manhattan, interviewé dans l'article de Bee Shapiro: «On voit cette coupe dans les centres commerciaux de banlieue: un carré, avec un peu plus de longueur derrière, court devant, qui devrait avoir l’air classe mais fait juste négligé.» 

    Le conseil de ce coiffeur aux new moms? «Attendre un an avant de faire des changements drastiques». L’explication? «Il n’y a pas que vos cheveux qui changent (après une grossesse). Votre corps aussi. Vous pourriez ne pas atteindre le poids dont vous rêvez. Les cheveux longs peuvent ainsi faire office de distraction. Plus on raccourcit, plus on s’expose.» Des propos dédaigneux en somme sur le physique des femmes, qui prouvent qu'on n'est - toujours - pas sorti de l’auberge.

    Emoji «en colère»

    A l’instar d’Ashlee Gadd et de son coup de gueule sur la Toile, de nombreuses mères ont été révoltées à la lecture de cet article. La photographe américaine, maman de deux garçons, qui a fait de la maternité l’angle de son blog, évoque avec ironie ses souvenirs:

    «Enceinte, aux prises avec l'insomnie, les brûlures d'estomac, (…) les maux de dos et les chamboulements hormonaux, [elle a] eu tout le temps de penser à [ses] cheveux».

    L’important pour la blogeuse est de surtout booster sa confiance en soi. «La beauté et la personnalité ne sont pas et ne seront jamais définies par une coupe de cheveux stupide. (…) Vous me pardonnerez si je néglige votre avis et que je choisis une coiffure qui me donne confiance en moi.» Elle livre enfin un message à toutes les mères:

    «Coupez vos cheveux courts, portez-les longs, attachez-les, (…) faites des dreadlocks ou une frange, ajoutez des extensions, lavez-les ou pas: faites ce que vous voulez!»

    Imaginez-vous bien que sur Twitter, les Américaines se sont empressées de publier leurs photos «coupes de maman». Le buzz du hashtag #momhair nous rappelle tristement que la pression sociale sur le physique des femmes est constante et sans frontières…

     

     

    Alors... A quand le hashtag #dadbody? 

    Et vous, avez-vous ressenti le feeling d'avoir une «Mom Hair» à la naissance de vos enfants ou plus tard lors d’un coup de cafard? Envoyez-nous votre témoignage (10 lignes max) qui pourra être publié ensuite sur Femina.ch


    A lire aussi:
    «Cela fait seulement 16 heures que je suis une maman, et j’ai échoué»
    Il calcule le salaire exact de sa femme, mère au foyer
    En voulant être une maman parfaite j’ai fait un burn-out

    A lire également
    Les applis de rencontre auraient tué le romantisme, seraient envahies par les hommes... on fait le point sur les mythes et vérités de l'amour online.
    O
    La réalisatrice suisse Barbara Miller
    Dans «Female pleasure», la réalisatrice suisse Barbara Miller examine les rapports conflictuels entre les grandes religions et le corps féminin.
    O