news société

    «Je n’aide pas ma femme»: le mari moderne qui fait le buzz sur Facebook

    Publié le 30 janvier 2017, le statut Facebook d’Andrea Bravo a été partagé plus de 200 900 de fois depuis. Avec une sincérité à faire fondre la plus acariâtre d’entre nous, il affirme sa vision du ménage heureux et fonctionnel, clouant au passage le bec de tous les machos. On ne peut que l’applaudir.

    Publié le 
    7 Février 2017
     par 
    Ellen De Meester

    Le 30 janvier 2017, Andrea Bravo racontait un épisode de son quotidien sur le réseau social Facebook. Tranquillement installé chez lui avec un ami, il a prononcé une phrase toute simple, qu’il considère (et là se trouve la clé de l’histoire) comme entièrement normale: «Attends deux minutes, je fais la vaisselle et je reviens.»

    Oui Mesdames, un homme humain et réel a effectivement interrompu un café entre potes pour nettoyer les assiettes sales de la veille. L’ami en question s’est montré tout à fait admiratif. «Heureusement que tu aides ta femme, a-t-il déclaré. Moi je n’aide pas la mienne, parce que quand je le fais, je n’ai aucune reconnaissance de sa part. Même la semaine dernière, j’ai passé la serpillière et même pas un merci…»

    Cette réaction, révélatrice d’une dynamique de couple que nous retrouvons bien souvent, que ce soit chez nous ou chez nos copines, a vite fait d’irriter Andrea Bravo (lequel porte bien son nom...). C’est notamment le verbe «aider» qui l’a piqué au vif.

     

     

    «Je n’aide pas ma femme»

    La suite de l’histoire narrée dans ce statut fera rosir de plaisir les petites Emma Watson d’entre nous, autrement dit les défenseuses de l’égalité des sexes:

    «Je me suis assis à nouveau devant [mon ami] et je lui ai expliqué que je n’aide pas ma femme. En réalité, ma femme n’a pas besoin d’aide; elle a besoin d’un compagnon. Il ne s’agit pas d’une aide, nos tâches sont partagées. J’habite avec elle à la maison, donc c’est normal que je la nettoie, car je la salis également. Je n’aide pas ma femme à cuisiner, parce que moi aussi j’ai besoin de manger, donc il est nécessaire que moi aussi je cuisine.»

    S’ensuit une liste des tâches ménagères auxquelles ce papa et mari participe quotidiennement, sans se poser la moindre question, sans attendre en retour la moindre manifestation de reconnaissance. «Je ne suis pas une aide à la maison, poursuit-il. Je suis une partie de la maison

    Et pour clore le statut, il propose une petite marche à suivre (ô combien appréciable!) à ces Messieurs, lesquels devraient s’empresser d’en prendre bonne note si cette manière d’envisager les tâches ménagères n’est pas encore la leur:

    «Remercie ta femme de la même façon que tu aimerais être remercié. Donne un coup de main, comporte-toi comme un vrai homme, un vrai compagnon, et pas comme un hôte qui vient juste manger, dormir, prendre sa douche et satisfaire ses besoins sexuels. Sentez-vous à la maison, dans votre maison! Le véritable changement dans notre société commence dans nos foyers, c’est avec nos actions qu’on apprend aux enfants le vrai sens de la vie.»

    Chapeau bas, Monsieur, vous avez absolument tout compris. Nous, on applaudit.


    A lire aussi:
    Ode au mariage dans une touchante déclaration Facebook
    Larguée 3 mois avant son mariage, elle part faire le tour du monde
    Mariage: elles offrent le plus beau des discours à leur soeur
     

    A lire également
    La jeune chanteuse belge fait littéralement le procès du sexisme ordinaire.
    O
    notre dame paris incendie flammes
    Détruite par les flammes, la cathédrale sera reconstruite, a promis Emmanuel Macron.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O