tendances

    La star de l’été 2017, la chemise rayée

    Classique intemporel, elle se défait de son rôle d’uniforme de bureau, pour mieux revenir en version déstructurée.

    Publié le 
    2 Juillet 2017
     par 
    Sokhna Cissé

    La star de l’été, c’est elle, sans conteste. Ample et rayée, la chemise est partout. Sur les podiums, Alexander Wang la réinterprète en version «wrap dress», Joseph la voit voluptueuse à manches XXL, tandis que le créateur Jacquemus bascule son col vers l’arrière et lui donne une allure imposante aux manches bouillonnées.

    Mais ce qui change surtout cette saison, c’est la manière de la porter. Chez Prada et Kenzo on l’a vue sous un bustier; dans la rue, les modeuses cachent leurs mains avec des modèles à larges poignets, tandis que, cintrée par une ceinture obi, elle confère un look de working girl moderne. D’autres osent carrément la porter à l’envers, affichant un généreux décolleté dans le dos.

    Une chemise déconstruite donc qui puise son inspiration dans le travail de la styliste Rei Kawakubo. En 1981 (!) celle-ci bouleverse en effet les codes de la mode glamour et bourgeoise lors de son premier défilé parisien pour Comme des Garçons. La créatrice choque alors avec une collection de pièces débraillées et totalement déconstruites. Cette démarche avant-gardiste, qui nie le corps, devenu androgyne, avant de le redessiner, inspirera fortement les stylistes belges. Dans les nineties, Martin Margiela assure la relève avec une touche plus minimaliste. Aujourd’hui, retour des années 90 oblige, les créateurs remettent la tendance oversize au goût du jour, l’agrémentant de lignes contrastées empruntées à la panoplie du businessman.

     

    «La rayure n’est pas désordre; elle est signe de désordre et moyen de remise en ordre. La rayure n’est pas exclusion; elle est marque d’exclusion et tentative de réintégration»
    [Extrait du livre «L’étoffe du diable, une histoire des rayures et des tissus rayés» par Michel Pastoureau, Ed. Points Histoire]

     

    Mais la rayure n’a pas toujours eu cette image de réussite sociale. Au Moyen Age, elle est volontiers associée au diable et réservée aux marginaux, aux hors caste. Bateleurs, bourreaux, bohémiens, juifs portent la rayure qui s’oppose alors aux couleurs unies des «honnêtes gens». Verticale, elle perd toutefois peu à peu son aura négative et, dès le XVIe siècle, habille princes et aristocrates. Les romantiques et les révolutionnaires français lui donneront ensuite ses véritables lettres de noblesse en l’adoptant en masse. Elle devient signe de santé, de richesse et de réussite sociale. Au XIXe siècle, elle s‘installe sur les costumes des hommes d’affaires anglais et jusque sur les chemises des Golden Boys de Wall Street dans les années 80, avant de devenir l’apanage des jeunes cadres dynamiques. Désormais libérée de sa réputation classique, elle permet toutes sortes d’extravagances, sans risque de fashion faux pas. La porter rayée cet été, c’est la promesse de rester élégante, au bureau comme à la plage.

    Shopping

    Chemise à nouer aux poignets Marks & Spencer, env. 50 fr.
    Chemise avec liens à nouer H&M, 59 fr. 95.
    Chemise transparente Tally Weijl, 29 fr. 95.
    Top Miss Selfridge, env. 35 fr.
    Chemise ceinturée Zara, 49 fr. 90.

     

    La mode est peut-être au mélange des genres, mais le boutonnage d’une chemise reste traditionnel: vers le cœur pour les femmes, vers la droite pour les hommes.

     

    Une pieces deux looks

    En ville

    Pantalon à pinces et à volants Zara, 49 fr. 90.
    Boucles d’oreilles Mango, 14 fr. 95.
    Escarpins façon cuir métallisé Dune, 120 fr.
    Chemise à découpe poitrine Off-White, env. 420 fr.
    Bustier Yvyrevel chez Zalando, 25 fr.
    Sac façon brocart Dorothy Perkins, env. 45 fr.

     

    «A quoi bon pousser des hauts cris, puisque vous chanterez aussi, sans chemise, sans pantalon. Ce soir nous irons danser, sans chemise, sans pantalon! Ce soir, nous irons danser. Sans chemise, sans pantalon!» [Rika Zaraï, 1976]

     

    A la mer

    Pochette en toile et cuir de veau Little Liffner, env. 345 fr.
    Mules en textile rayé Miss Selfridge, env. 50 fr.
    Chemise à découpe poitrine Off-White, env. 420 fr.
    Lunettes Topshop, env. 30 fr.
    Bracelet en métal Pieces, 15 fr. 90.
    Pantalon ample Cos, env. 90 fr.


    A lire aussi:
    Invitée à un mariage: quelle tenue adopter?
    Je veux un Kimono pour cet été
    Lunettes de soleil: notre sélection en 20 modèles tendance

     

    A lire également
    bonnet et bérêt
    Faites votre choix et adopter le bon accessoire pour cet hiver.
    O
    Femme blonde dans la rue, porte doudoune bleu et jeans.
    Nous vous proposons 6 modèles qui vont vous inspirer.
    O
    Trois jeunes en jeans noir bleu ciel et t-shirts
    Bien dans leurs baskets, les jeunes Lausannois nous donnent une leçon de style.
    O