Femina Logo

Neuchâtel, c’est un peu comme Monaco. La ville a grandi en gagnant des terres sur les flots, et ce depuis le Moyen Age. En 1962, les Jeunes-Rives, qui ont accueilli l’arteplage durant l’Exposition nationale de 2002, n’existent pas. Au gré des remblayages, 6,5 hectares sortiront de l’eau d’ici à l’été 1970.

Longtemps, on ne saura pas très bien quoi faire de ce gigantesque espace: y faire passer une voie rapide? Y installer un centre commercial, une station d’épuration? Faute de mieux, les Jeunes-Rives serviront en grande partie de… parking, en attendant l’arteplage.

Son réaménagement définitif, qui fait la part belle aux loisirs et exclut la voiture, devrait être bouclé en 2013 ou 2014. Mais si, en 1962, les yeux des Neuchâtelois sont tournés vers le lac, leurs narines sont, elles, titillées par de délicieux effluves de chocolat: les usines Suchard sont en pleine activité, construisent l’immense silo à sucre qui accueillera plus tard le restaurant Tokyo-Montana express. Les Sugus, fierté nationale, seront les dernières friandises à être produites ici jusqu’en 1993. Après avoir tout misé sur le chocolat, Neuchâtel se profile aujourd’hui comme la capitale suisse de la microtechnique. En 2013, l’EPFL y inaugurera sa microcity, pôle d’excellence dans le domaine.

A lire

«Neuchâtel 1011-2011», de Jean-Pierre Jelmini, aux éditions Attinger-Hauterive avec la ville de Neuchâtel.

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.