Femina Logo

A partir de ce printemps, Easy Jet devrait éveiller de nouvelles pulsions de voyage et de dolce vita avec ses trois nouvelles destinations au départ de Genève: Venise, Catane en Sicile et Athènes. Avec ses 55 routes depuis Genève au total, la compagnie représente aujourd’hui 36% des passagers transportés à l’aéroport de Cointrin. Implantée depuis quinze ans sur le sol romand, la compagnie low-cost vient ainsi d’atteindre les 50millions de passagers en Suisse. Pour célébrer ce chiffre historique, elle a offert un vol insolite aux gagnants d’un tirage au sort. Cette surprise a pris des airs de croisière aérienne VIP avec Xénia Tchoumitcheva en hôtesse de l’air, Carlo Crisci à la réalisation des plateaux-repas gastronomiques, Frédéric Recrosio au micro pour divertir la galerie et Bastian Baker, à la guitare, pour chanter et danser, tout en se jouant de l’apesanteur…

Nous avons profité de cette occasion pour interroger ces passagers très spéciaux sur leur destination favorite du moment, leurs bonnes adresses personnelles et leur rapport au low-cost.

Carlo Crisci, chef étoilé

Aux commandes du Restaurant Le Cerf à Cossonay (VD) depuis trente ans, Carlo Crisci imagine des plats toujours plus techniques et succulents à base d’herbes sauvages ou d’épices d’ailleurs. Avec force emprunts à la cuisine moléculaire. Sa dernière facétie? Le distillat qui consiste à récupérer des jus de cuisson portés à ébullition (betterave rouge et benoîte urbaine par exemple), et à faire passer les vapeurs dans un alambic. La saveur des aliments est ainsi récupérée en une texture transparente… La passion du chef pour l’innovation et son talent ont été récompensés par deux étoiles Michelin et par un 18/20 au Gault&Millau. Sa recette culte du moment? «Une moelle à la truffe ou les tagliatelles de coquilles Saint-Jacques. Les deux sont à tomber!»

Sa destination favorite «Mykonos, pour son calme, son charme et ses plages turquoise. J’y vais régulièrement chez mon ami Vangelis qui dirige l’Hôtel Ambassador. A l’époque, j’avais été envoyé par «Relais & Châteaux» pour l’aider à réorganiser sa cuisine. On est restés amis. Je recommande aussi le restaurant Nobu à l’Hôtel Belvédère, un fusion food japonais. Sinon, je vais souvent près de Naples m’occuper de l’oliveraie de mes parents et faire mon huile d’olive. Près de Roscigno, je recommande la pension familiale Mandetta. Vu la qualité des aliments dans la région, tout est bon.»

En low-cost, il aime «Les muffins, si si! Et surtout la possibilité de voyager à bas prix.»

Il n’aime pas… «Voler, c’est toujours un peu flippant. Surtout le décollage et l’atterrissage.»

Frédéric Recrosio, comique, auteur et chanteur

Après avoir conquis les salles romandes et parisiennes avec ses one-man show(Rêver, grandir et coincer des malheureuses et Aimer, mûrir et trahir avec la coiffeuse), l’humoriste valaisan s’est illustré sur les ondes du Fou du roi sur France Inter ou de La soupe sur la RSR, notamment. A 36 ans, cet insatiable touche-à-tout se met à la chanson. En tournée romande avec On bouge encore, il s’attaque au marché français en mars avec un album de chansons «drôles mais pas que».Comme les gens n’achètent plus de disques, il en a fait un objet de valeur: un CD associé à un livre (Editions Favre).Mais c’est décidé, en 2012 il se consacre à l’écriture, avec un projet cinématographique dont il refuse de parler!

Sa destination favorite Pour écrire, il aime s’isoler en Islande, à Istanbul ou dans les îles Lofoten en Norvège. En ce moment, pour des raisons professionnelles, il se rend souvent à Londres: «Je descends à l’Hôtel Hoxton, situé à Shoreditch, un quartier populaire qui bouge. Il y a une ambiance conviviale pour un bon rapport qualité-prix. Comme resto, je recommande le Noura, un libanais démentiel à Piccadilly.»

En low-cost, il aime «Non, je refuse de répondre: les hôtesses.»

Il n'aime pas «Que les sièges soient si étroits! La place dans les avions, elle est tellement petite que tu dois demander à l’hôtesse de t’aider à la chercher! Et dans les compagnies classiques, je déteste traverser les premières classes car tu vois ce que tu rates.»

Xénia Tchoumitcheva, modèle, entrepreneuse

Dans une semaine, la sculpturale Xenia se rendra à Milan pour travailler sur un projet de télévision. Habitant à Londres, originaire de Lugano, elle voyage constamment entre New York et Shanghai pour ses contrats de publicité, quand elle ne va pas mixer en tant que DJ dans des clubs européens. Son statut de finaliste de Miss Suisse – 2e en 2006 – doublé du prix de Miss Photogénique lui a permis de devenir une icône publicitaire. Depuis, cette jeune diplômée en sciences économiques a monté son entreprise de «brending» qui vend son image. En plus de sa plastique, Xenia a la tête bien faite: volontaire, pugnace, elle parle couramment cinq langues: russe, français, anglais, allemand et italien. Si les affaires marchent? «En tout cas, mon entreprise ne connaît pas la crise…»

Sa destination favorite «Pour l’instant, c’est Rome. A l’heure de l’apéro, il faut s’installer sur la terrasse de l’Hôtel de Russie, puis enchaîner au Restaurant Dal Bolognese, où tout est succulent. Evidemment, il ne faut pas quitter la ville éternelle sans avoir visité la vieille ville, piazza Navona, et jeté une pièce dans la fontaine de Trevi en faisant un vœu.»

En low-cost, elle aime «M’asseoir où bon me semble, de préférence à côté d’une personne qui aiguise ma curiosité…»

Elle n’aime pas «La politique de la valise unique. J’ai un sérieux problème de bagages, j’en emporte toujours beaucoup trop!»

Bastian Baker, auteur-compositeur, interprète

Vous avez certainement fredonné son single Lucky qui passe en boucle sur les radios. Son nom? Bastian Baker. Né à Lausanne, il a 20 ans et il squatte déjà les premières places des charts. A la veille de présenter son album Tomorrow May Not Be Better sur le marché français, le Justin Biber helvétique enchaîne les dates de sa tournée suisse. Auteur, compositeur, interprète et bête de scène, il emballe avec ses ballades pop folk accrocheuses et ses refrains entraînants. Malin, il écrit en anglais «car c’est une langue internationale» et se donne la peine de parler en schwyzerdütsch: «Dans l’industrie de la musique, la Suisse alémanique représente 80% du marché.» Pendant ses années de sport-études, le jeune champion de hockey a suivi des cours de guitare au conservatoire. Fort d’un répertoire de chansons composées depuis ses 15 ans, il a fini par lâcher le sport. L’homme d’affaires Patrick Delarive l’a remarqué et le coproduit, et les organisateurs du Caprices Festival sont devenus ses managers.

Sa destination favorite «J’adore l’esprit de fête de Berlin. Surtout au Panorama. C’est une boîte underground culte ouverte du jeudi au dimanche soir non-stop!»

En low-cost, il aime «La facilité pour réserver des vols, et qu’ils ne soient pas chers.»

Il n’aime pas «Le freesitting. Quand on voyage en équipe, on finit toujours séparés.»

Patrick Martin/Edipresse
1 / 4© DR
Vanessa Cardoso/Edipresse
2 / 4© DR
DR
3 / 4© DR
Cella Florian/Edipresse
4 / 4© DR

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.