Femina Logo

"2011 s'est avéré une année charnière quant aux attaques que nous avons vu survenir: plus sophistiquées, elles étaient déployées par des moyens de distribution plus novateurs et efficaces", explique Kevin Mahaffey, co-fondateur et directeur de la technologie de Lookout, spécialiste de la sécurité mobile. "Nous pensons qu'en 2012, le marché du maliciel mobile deviendra bénéficiaire. Il a fallu quinze ans pour en arriver là sur PC. Deux ans ont suffit dans l'écosystème mobile."

Lookout prédit l'émergence ou l'affirmation l'an prochain de plusieurs fraudes au téléphone portable, dont l'escroquerie au SMS ou à l'appel, l'attaque au botnet (réseau de machines zombies) et l'exploitation des vulnérabilités des mobiles.

En novembre 2011, le cabinet d'études de marché Juniper a repéré une augmentation de 472% des échantillons de maliciels Android depuis juillet 2011 et prédit qu'"Android resterait la cible préférée des programmeurs de virus du monde entier". Websense, spécialiste de la sécurité en ligne, a prédit que plus d'un millier de dispositifs offensifs menaceraient les smartphones et les tablettes en 2012.

Il appartient aux propriétaires de mobiles de se prémunir contre les pirates, mais Chris DiBona, qui dirige l'Open Source chez Google, assure que les spécialistes de la sécurité et les chercheurs surévaluent le problème.

Dans un billet publié sur Google+, DiBona explique qu'“Aucun mobile ne souffre de problèmes de "virus" au sens traditionnel du terme, comme on a pu en connaître chez Windows et parfois chez Mac. Il y a bien eu quelques petites choses ici et là, mais sans plus, grâce à notre pratique du sandboxing et à la nature même des noyaux sous-jacents.”

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.