Femina Logo

Quelque 560 000 personnes âgées de 14 à 64 ans sont qualifiées "de "dépendantes" à internet, les plus jeunes étant les plus vulnérables, indique Mechthild Dyckmans, chargée de mission sur les drogues auprès du ministère. L'étude, menée par deux universités de l'est de l'Allemagne, définit l'addiction à internet comme une utilisation excessive de la Toile, sans connaissance des risques encourus.

La dépendance aux réseaux sociaux est plus importante chez les filles (77%) mais présente également chez les garçons (65%), un sur trois (33%) étant touché par l'addiction aux jeux en ligne (7% des filles). "Il s'agit de personnes qui ont du mal à trouver une reconnaissance dans le monde réel, qui ont du mal à se faire des amis et qui renoncent à la vie réelle pour une vie virtuelle", rappelle Mme Dyckmans.

Les conséquences de cette addiction se manifestent pas une diminution du temps de sommeil, une désocialisation avec les personnes physiques, un absentéisme scolaire pour les plus jeunes et une dégradation de l'alimentation, souligne-t-elle.

D'après le directeur de l'étude, Hans-Jürgen Rumpf, les personnes dites "dépendantes" passent en moyenne quatre heures par jour sur internet. "L'addiction à internet est un phénomène nouveau", précise Mechthild Dyckmans qui appelle à mener des études "plus détaillées pour améliorer la connaissance de cette maladie".

Cette étude a été réalisée par téléphone auprès d'un panel de 15 023 personnes.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E10: Devenir plus optimiste pour vaincre les pensées négatives

Un train annulé, une dispute, une gaffe (monumentale) en pleine réunion: il n'est pas toujours facile d'éviter que les imprévus du quotidien ne gâchent notre journée. Pourtant, il est totalement possible de choisir tous les matins d'être de bonne humeur et ainsi mieux rebondir face aux obstacles de la vie. La psychologue Brigitte Favre nous aide à reprendre le contrôle, pour remplacer les soupirs par les fous rires.

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.