Femina Logo

Quelque 560 000 personnes âgées de 14 à 64 ans sont qualifiées "de "dépendantes" à internet, les plus jeunes étant les plus vulnérables, indique Mechthild Dyckmans, chargée de mission sur les drogues auprès du ministère. L'étude, menée par deux universités de l'est de l'Allemagne, définit l'addiction à internet comme une utilisation excessive de la Toile, sans connaissance des risques encourus.

La dépendance aux réseaux sociaux est plus importante chez les filles (77%) mais présente également chez les garçons (65%), un sur trois (33%) étant touché par l'addiction aux jeux en ligne (7% des filles). "Il s'agit de personnes qui ont du mal à trouver une reconnaissance dans le monde réel, qui ont du mal à se faire des amis et qui renoncent à la vie réelle pour une vie virtuelle", rappelle Mme Dyckmans.

Les conséquences de cette addiction se manifestent pas une diminution du temps de sommeil, une désocialisation avec les personnes physiques, un absentéisme scolaire pour les plus jeunes et une dégradation de l'alimentation, souligne-t-elle.

D'après le directeur de l'étude, Hans-Jürgen Rumpf, les personnes dites "dépendantes" passent en moyenne quatre heures par jour sur internet. "L'addiction à internet est un phénomène nouveau", précise Mechthild Dyckmans qui appelle à mener des études "plus détaillées pour améliorer la connaissance de cette maladie".

Cette étude a été réalisée par téléphone auprès d'un panel de 15 023 personnes.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Dans vos écouteurs

E18: Comment apprivoiser le silence

Vous aussi, vous avez du mal à supporter le silence? Dans notre société rapide et bruyante, on ne réalise pas toujours à quel point nous sommes entourés de bruit, d'un tumulte incessant qui, au fond, nous rassure. Dans cet épisode étonnant, une psychologue nous parle des nombreuses vertus du silence et nous offre quelques pistes pour le réintroduire dans nos vies. Car même s'il peut faire peur, il ne nous veut que du bien!

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina