Femina Logo

news loisirs

Stockage de données sur smartphone: les ados plus prudents que les adultes

Selon cette étude, réalisée par l'institut Médiamétrie pour le compte de la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés), 82% des 15-17 ans estiment "gênant d'enregistrer ses codes secrets" (contre 76% en moyenne) et 37% utilisent un code de verrouillage spécifique (31% en moyenne).

Alors, les 15-17 ans, "un exemple à suivre?", s'interroge la commission, qui s'attend à ce que le smartphone soit en 2012 un "enjeu majeur", avec 17 millions de Français déjà utilisateurs d'I-phone, Android, Windows Phone et autres Blackberry. Selon l'étude, menée par internet du 4 au 14 novembre 2011 auprès de 2315 personnes, "chaque tranche d'âge a son activité de prédilection": pour les 15-17 ans, "connexion avec leur réseau et loisirs" (30%), pour les 25-49 ans, "multitâche" (30%) et pour les 50 ans et plus, la "communication" (35%).

Sept personnes sur 10 n'éteignent jamais leur smartphone et plus d'un quart l'éteignent seulement pour dormir; 89% stockent des données de contact ou des coordonnées, 86% des données multimédia (photos/vidéos, agenda, notes...), 40% des données à caractère secret (coordonnées bancaires, codes secrets, codes d'accès aux immeubles...). "65% pensent que les données contenues dans leur téléphone ne sont pas bien protégées, mais 30% déclarent pourtant n'avoir aucun code de protection actif" sur leur appareil.

Entre autres recommandations, la Cnil conseille de ne pas enregistrer d'informations confidentielles, à cause des risques de vol, piratage, usurpation d'identité. Elle préconise de changer le code PIN proposé par défaut pour un code "compliqué" ("pas votre date de naissance!"). Elle suggère la mise en place d'un délai de verrouillage automatique, l'installation d'un antivirus, la désactivation du GPS ou du Wifi hors utilisation d'une application de géolocalisation, etc.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E13: Se libérer des tensions physiques dues au stress

Une mâchoire serrée, le ventre retourné, un nœud derrière l'omoplate... les périodes chargées sont souvent celles des petits maux agaçants. Afin de comprendre et de mieux gérer ces tensions physiques, nous accueillons Sarah Bezençon, psychologue de la santé. De sa voix apaisante, elle nous rappelle que ces petites douleurs du quotidien sont en réalité des messages que tente de nous faire parvenir notre corps, et qu'elles peuvent être chassées grâce à des techniques toutes simples.

Dans vos écouteurs

E12: Prendre soin de son couple quand on a des enfants

Dans ce 12e épisode destiné aux parents et aux futurs parents, la thérapeute de couple Anne-Dominique Spertini nous donne des clés et des conseils, destinés à concilier le rôle de «maman» ou de «papa» avec le rôle de conjoint. Rassurante et sincère, elle évoque l'importance de la communication (verbale et physique), la sexualité, la culpabilité, la fatigue et le manque de temps libre. Pour se rappeler qu'on ne peut faire davantage que de son mieux (et que la perfection n'existe pas!).

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.