Femina Logo

Arturo (Luis Tosar) et Magda (Penélope Cruz), mère d’un garçon de 10 ans, se rencontrent dans le moment le plus tragique et difficile de leurs vies respectives. L’envie de vivre passionnelle de la jeune femme va sublimer cette période compliquée et les aider à retrouver leur chemin.


© DR

On est subjugué par la présence vibrante de Penélope, qui porte ce film de bout en bout au travers de ce rôle de femme et de mère qui semble avoir été imaginé sur mesure pour l’actrice. Dans la vie de Magda, il n’y a que des hommes: son fils, son ex, son gynéco et ami (Asier Etxeandia), et son nouveau compagnon. Tous vont pouvoir se trouver et avancer grâce à elle.


© DR

Ce long-métrage parle du cancer du sein, de la maladie, de la vie et de la mort, mais aussi d’identité sexuelle, de filiation, de liberté et de pardon. On est d’ailleurs parfois désarçonné, dans la seconde moitié du film, par le déroulement des événements et les choix de l’héroïne et des autres protagonistes de cette histoire d’amours multiples et variées. Mais il n’y a pas de jugement de valeur, l’œil du réalisateur est résolument bienveillant et positif. Et c’est rafraîchissant, malgré la dureté des sujets traités durant les presque deux heures que dure la projection.

«Ma ma» nous rappelle enfin «Y tu mamá también» d’Alfonso Cuarón et avec Gael Garcia Bernal, sorti en 2001, qui évoquait également l’envie inouïe de vivre d’une jeune femme condamnée, partant sur les routes avec un duo d’adolescents maladroits et attachants.

«Ma ma» de Julio Medem, sortie romande le 8 juin 2016.


A lire aussi:
Concours du film «MA MA»
Almodovar: nouveau portrait de femme aux héroïnes de Cannes
Cancer du sein: une vidéo de prévention déjoue la censure

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.