Femina Logo

Suis-je la maîtresse idéale?

C’est sûr, vous avez envie d’adopter un chaton. Mais avant de prendre cette décision qui vous engagera peut-être pour les vingt prochaines années, vous devez vous poser la question: êtes-vous prête à prendre cette responsabilité? Car même si un chat est plus autonome qu’un chien, il requiert tout de même soins et attention constante. Est-ce que votre vie est plutôt stable et passez-vous du temps à la maison? N’êtes-vous pas maniaque au point de ne pas supporter les griffures sur votre canapé et les longs poils sur vos tapis? Avez-vous les moyens de subvenir à ses frais alimentaires et médicaux. Votre environnement familial est-il d’accord avec votre choix? Etes-vous certaine que personne dans votre entourage proche ne souffre d’allergie aux chats?

Comment le choisir?

Un chat ordinaire est un parfait compagnon, pour peu que l’on connaisse un brin ses origines. Si le territoire du chaton se limite aux murs de votre appartement, mieux vaut ne pas prendre un animal qui a vécu à la ferme au grand air et se sentirait chez vous à l’étroit. Un chat de race, si vous en avez les moyens, peut être une bonne solution, car chaque espèce a des caractéristiques propres et connues. Si vous optez pour un chat de refuge, assurez-vous que celui-ci a été bien traité et a reçu les soins adéquats.

Mâle ou femelle?

Ils sont aussi affectueux l’un que l’autre. Si vous ne souhaitez pas faire faire de petits à votre animal de compagnie, il faudra castrer votre mâle ou stériliser votre femelle. Si les femelles ont en général besoin d’un plus petit territoire que les mâles, elles sont souvent moins sociables avec leurs congénères.

L’accueillir en grande pompe?

Lorsque vous allez chercher votre chaton, emmenez avec vous sa boîte de transport. Laissez-la ouverte dans le lieu où il a grandi pour que sa famille puisse y laisser son odeur. N’hésitez pas à habiller cette boîte d’une petite couverture qui prendra cette même odeur.

A la maison, créez-lui un petit espace calme et un peu isolé le temps de son acclimatation. Choisissez-lui un nom doux et court, si possible deux syllabes maximum. Cette année, les chats de race portent un nom qui commence par la lettre H. Hermione de la Panouze, c’est royal, mais un peu lassant peut-être…

Que prévoir pour son trousseau?

  • Deux gamelles, l’une pour les croquettes ou la viande et l’autre pour l’eau. Il existe des gamelles avec réservoir si vous vous absentez quelques jours, pour un week-end par exemple.
  • Un bac à litière avec, si possible, la même litière que celle qu’il utilisait déjà, pour que chaton associe immédiatement l’odeur à son lieu d’aisance. Si vous êtes à la campagne, une chatière qui le laisse libre de ses mouvements vous évitera la corvée de nettoyage de sa caisse.
  • Un panier, une corbeille ou un coussin dans un endroit tranquille et propre.
  • Des jouets adaptés dont il ne risque pas d’avaler des petites pièces.
  • Un griffoir et/ou un arbre à chat pour qu’il épargne vos canapés.
  • Une brosse ou un peigne.
  • De l’herbe à chat si celui-ci ne va pas à l’extérieur.

De quels dangers le protéger?

  • Sécuriser les fenêtres et les balcons qui peuvent être source de chutes graves.
  • Oter les plantes toxiques – nombreuses –, comme le ficus ou le géranium.
  • Faire attention aux produits chimiques que vous utilisez dans la maison ou dans votre jardin.
  • Ne laissez traîner aucun petit objet qui risquerait de le blesser ou de l’étouffer.
  • Surveillez, enfin, vos appareils ménagers et jetez systématiquement un coup d’œil à votre lave-vaisselle ou à votre lave-linge avant de les mettre en marche.

A lire

«Le guide du chaton», de Brigitte Eilert-Overbeck, Marabout Animaux.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.