Femina Logo

news loisirs

Les femmes utilisent plus les émoticônes que les hommes dans les SMS

Une étude montre qu'on utilise moins les émoticônes dans les SMS que dans les e-mails.
© DR

Les chercheurs ont analysé les données de téléphones prêtés à des hommes et des femmes pendant six mois. Ils ont ainsi passé en revue les 124 000 SMS envoyés, sans que les participants ne connaissent le sujet de cette étude. "Nous pensons que nos recherches représentent la première étude réelle et longitudinale sur l'utilisation des émoticônes dans les SMS dans la vraie vie", a expliqué Philip Kortum, professeur assistant en psychologie à l'Université de Rice.

L'étude a montré que 100% des participants recouraient aux émoticônes, mais avec parcimonie. Par exemple, seulement 4% des messages envoyés contenaient un ou plusieurs symboles. On utilise donc moins les émoticônes dans les SMS que dans les e-mails. "Il semblerait que l'envoi de SMS ne nécessite pas autant de contexte socio-émotionnel que d'autres modes de communication non-verbaux", a ajouté Kortum. "C'est peut-être lié à la simplicité des SMS, et au fait que c'est un mode de communication plus rapide, avec moins de pression que d'autres types de communication, comme les emails ou les blogs."

L'étude confirme aussi des recherches précédentes qui avaient noté la propension des femmes à exprimer leurs émotions à l'écrit. Par contre, les chercheurs ont aussi montré que même si les femmes utilisaient plus souvent les émoticônes que les hommes, ces derniers recouraient à une plus grande diversité de symboles pour s'exprimer.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.