Femina Logo

Une association de pédiatres américains met en garde contre l’usage abusif de Facebook, qui risque de pousser les adolescents à se réfugier dans la vie virtuelle au détriment des relations réelles et des activités physiques.

Nombreux sont les jeunes qui restent connectés en permanence, comme drogués aux nouvelles de leurs amis. Un quart d’entre eux présenteraient des symptômes dépressifs. Une enquête conduite par l’Université d’Edimbourg révèle que plus on a d’amis sur le site social, plus on risque de s’angoisser. L’humiliation suprême, c’est d’être «dé-friendé», autrement de ne plus être considéré comme ami par l’un de ses contacts.

Les profils souvent enjolivés par les utilisateurs génèrent des complexes d’infériorité chez ceux qui se sentent moins brillants, ou dont la vie paraît moins passionnante. A cela s’ajoutent les campagnes de calomnies, le risque de harcèlement et les règlements de compte qui ne sont pas rares sur Facebook.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina