Femina Logo

Réalisée main dans la main par le mudac et le Musée de la main, l'expo "Touch, le monde au bout des doigts" est un bel exemple de complicité muséale. Au départ, il y a un an et demi, une envie de mettre le sens du toucher à l'honneur. Et à l'ère du tout virtuel, ce sens prend toute sa dimension. De la télécommande à l'écran tactile, c'est bien la main qui déclenche nos joujoux technologiques... et qui tend d'ailleurs à s'en rapprocher de plus en plus sous le règne tout puissant des tablettes que l'on commande d'un glissement de doigt.

Deux volets pour une même expo donc. Deux lieux emblématiques de la vie culturelle lausannoise qui jouent la carte de la complémentarité. Au Musée de la main, des expériences ludiques qui invitent à toucher, palper, à percevoir le monde par le toucher. De la biologie à la science et la robotique en passant par un tas d'outils qui prolongent nos mains. Au mudac, le toucher productif, via le fait-main, la création vesitimentaire, les matières enchanteresses. Peu importe qu'on commence par le Musée de la main ou le mudac, les deux lieux se visitent et se complètent totalement. Pour les plus flemmards, on notera qu'il est plus facile de descendre du premier pour aller au deuxième, il n'y a qu'à se laisser rouler dans la pente.

L'outil, prolongement du corps

C'est le sens choisi aujourd'hui pour la visite de presse d'ailleurs. Une visite qui commence par une véritable entrée en matière, au propre comme au figuré. Dans une salle où l'oeil se fait avoir, au profit du toucher. Notamment avec un canapé d'apparence en bois... mais qui ne l'est pas. On reste croché sur le memory tactile qui devrait faire le bonheur des petits et qui se joue à huit mains. Idem pour les empreintes d'objets du quotidien que le visiteur peut laisser dans un grand bac de pâte à modeler bleue. Ludique. Et didactique aussi, lorsqu'on découvre comment fonctionnent les récepteurs tactiles des petites bêtes... et ceux des humains, expériences à l'appui. Arrivé à la troisième salle, on réalise alors combien nos outils du quotidien imitent nos mains pour mieux reproduire le toucher: ciseaux, silex, souris d'ordinateur, quand on les voit tous alignés, ça fait tilt. En témoigne la raquette de Federer ou la plume de Châteaubriand, qui se sont adaptées aux mains illustres qui les ont manipulé ou les manipulent. Les visiteurs pourront même tester le bras JACO, celui d'un robot d'assistance.

Pas touche? Si justement!

Les expériences se multiplient et vont crescendo en intensité. Lorsqu'on déplace une fourmi virtuelle entre deux feuilles qui le sont tout autant ou quand on traverse une rivière au sol... Ou comment prolonger les délices du toucher. Prouesse technologique pour lier les deux musées et inviter à plus de contact, on peut même créer son avatar pour communiquer avec les visiteurs du mudac. Mudac que l'on rejoint après 10 minutes de marche. Le musée recèle lui aussi de belles découvertes. Comme une salle de toucher à l'aveugle ou l'exploration de ses sensations en caressant des tissus magiques tout droit venus de la maison saint-galloise Jakob Schlaepfer. Une salle est dédiée aux vêtements, faits main ou cousus à la machine, artisanaux ou industriels, qui tous invitent à être touchés.

C'est bien là la force de cette expo, laisser libre cours à nos mains qui d'habitude doivent rester bien sagement dans leurs poches pour ne pas abîmer les objets exposés. Avec "Touch", toutes les explorations sont permises. Elles sont mêmes fortement recommandées. Et on ne boude pas son plaisir en effleurant les plantes qui captent nos vibrations pour émettre des sons étranges... On touche le sommet de la transgression quand une installation nous invite à mettre la main dans la prise ou dans le toaster... Une expo qui se visite donc, et qui se touche surtout. Comptez quand même plusieurs heures de visite pour profiter des richesses de cette expo. Avec pourquoi pas une pause déjeuner dans un des nombreux restos branchés de la rue Marterey, dans la descente... ou la montée.

Photo © Alain Herzog.
1 / 7© DR
DR.
2 / 7© DR
Photo © Raphaëlle Mueller.
3 / 7© DR
Photo © Raphaëlle Mueller.
4 / 7© DR
DR.
5 / 7© DR
© Anne de Vandière 2008.
6 / 7© DR
DR. Collection Maison d'Ailleurs / Agence martienne.
7 / 7© DR

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina