Femina Logo

news loisirs

«Droit à l'oubli»: afflux de demandes envers Google, qui avoue des difficultés

Google dit avoir reçu au 18 juillet plus de 91.000 demandes pour supprimer un total de 328.000 liens.
© DR

Suite à une décision de la Cour de justice européenne de Luxembourg, qui a estimé que les particuliers avaient le droit de faire supprimer de ses résultats de recherche les liens vers des pages comportant des informations personnelles périmées ou inexactes, Google a mis en ligne un formulaire à cet effet sur ses sites européens depuis fin mai.

Dans une lettre dont l'AFP a eu copie qu'il a adressée jeudi au Comité article 29 --réunissant les organismes européens de protection des données comme la CNIL française--, Google dit avoir reçu au 18 juillet plus de 91.000 demandes pour supprimer un total de 328.000 liens. Un précédent décompte fin juin faisait état de 70.000 demandes. La plus grande partie vient de la France (17.500 demandes) et d'Allemagne (16.500), suivies du Royaume-Uni (12.000), de l'Espagne (8.000) et de l'Italie (7.500), détaille le groupe.

Google dit avoir retiré 53% des liens concernés sur ses sites européens (ils continuent d'apparaître sur ses sites américains ou d'autres régions du monde où la législation européenne ne s'applique pas), mais reconnaît des difficultés pour évaluer la validité des demandes.

Informations inexactes

«Certaines demandes s'avèrent être faites avec des informations fausses ou inexactes», écrit Peter Fleischer, en charge des questions de données privées chez Google. «Même si les demandeurs nous fournissent des informations justes, ils peuvent, et c'est compréhensible, éviter de nous fournir des faits qui ne sont pas en leur faveur». Et de citer par exemple une personne demandant de retirer les liens vers des informations sur un délit commis alors qu'elle était mineure, en omettant de signaler qu'elle a été condamnée à l'âge adulte pour des faits similaires, ou ne précisant pas qu'elle est une personnalité publique.

Le groupe américain en profite pour demander l'avis des régulateurs sur une série de problèmes. Il s'interroge sur la manière de faire la différence entre ce qui est ou non dans l'intérêt public, sur le traitement des informations liées à des personnes publiques ou sur les mises en ligne par des gouvernements. Microsoft avait suivi les traces de Google en commençant début juillet à laisser les internautes européens demander le retrait d'informations les concernant dans les résultats de son moteur de recherche Bing.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview de Noël avec Juliane et Ellen

Vous entendez nos voix au début de chaque épisode, lorsque nous vous racontons ces petites anecdotes (véridiques) de notre quotidien. Ainsi, au moment de boucler la première saison de Tout va bien, on s'est dit qu'il était temps qu'on se présente pour de vrai, qu'on vous parle de nos goûts, de nos personnalités et de nos expériences. Pour vous remercier d'être de plus en plus nombreux à nous écouter chaque semaine!

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina