Femina Logo

Les boiteries du genou représentent 50% des boiteries du chien (chiffre donné lors d’une présentation faite par le Dr Daniel Koch (spécialiste en orthopédie) le 14 Mars 2012). Et parmi ces 50%, la majorité des cas viennent de déchirure des ligaments croisés. Plus exactement, presque tous du ligament croisé antérieur.

Vous n’êtes pas sans savoir que ces ligaments se trouvent dans le genou, il y en a deux (un antérieur et un postérieur) et qu’ils servent à assurer la stabilité entre le fémur et le tibia. Nous les cassons presque exclusivement en pratiquant un sport: ski, football, rugby… lorsqu’une force trop importante s’exerce sur le genou.

Chez les animaux il en est tout autrement: ils ne skient pas et ne jouent pas au foot! Il a été démontré que les ligaments, lorsqu’ils se déchirent complètement, sont dégénérés, usés si vous préférez. Ils se rompent donc sous l’effet de l’usure subie au fil du temps.

Mais pourquoi s’usent-ils? Pour des raisons mécaniques et génétiques.

Première cause: le surpoids et le format des grands chiens qui ne cesse d’augmenter à cause des «modes». Les Bouviers Bernois et Rottweiler n’étaient pas si gros il y a 10 ans, et maintenant c’est une fierté pour les éleveurs et les propriétaires d’avoir des chiens de plus de 50 kilos. Sauf que les ligaments et articulations ne sont pas faits pour supporter de telles charges. C’est la même chose pour les chiens comme les Labradors, Goldens Retrievers, Boxers… en surpoids.

Deuxième cause fréquente: la luxation des rotules. C’est une affection génétique touchant plus souvent (mais pas exclusivement) les petits chiens qui se traduit par une luxation temporaire ou permanente d’une ou des deux rotules. Cela entraine une inflammation de l’articulation, de l’arthrose, des douleurs et surtout fragilise énormément les ligaments croisés. Au fils des jours les ligaments sont traumatisés par cette charge, enflammés, fragilisés. Souvent ils vont se rompre partiellement, provoquant une boiterie passagère, puis, quelques mois après, complètement.

Chez les chats la rupture survient surtout lors d’accident avec des véhicules ou lors d’obésité.

Lorsque ces ligaments sont cassés, l’animal ne peut plus poser la patte et appuyer son poids dessus. Il faut alors recourir à une chirurgie pour stabiliser le genou, enlever la douleur et permettre à l’animal de remarcher correctement. Et aussi pour ne pas fatiguer plus les ligaments se trouvant sur la patte «valide». Malheureusement, dans la majorité des cas ceux ci viendront aussi à céder dans les mois ou années qui suivent.

Il existe des nombreuses techniques chirurgicales pour opérer les ligaments croisés (chez l’homme comme chez les animaux). C’est certainement une des opérations pour laquelle le plus de techniques existent. De très anciennes et de plus récentes.

Aux Etats-Unis certains vétérinaires ont des cliniques où ils opèrent exclusivement des genoux abimés!

Ces techniques peuvent être classées en 2 grandes familles chez les animaux:

  • Des techniques visant à «réparer» le ligament cassé, c’est à dire à poser une ou des prothèses ligamentaires (des ligaments artificiels).
  • Des techniques visant à rétablir la stabilité du genou et permettant à l’animal de se servir normalement de celui-ci sans pour autant poser de prothèse ligamentaire.

Sachez qu’il n’y a pas de consensus sur les techniques à utiliser les avantages de chacune de part le monde. Mais, sans offenser personne et me tromper, je peux vous dire que les premières techniques (prothèses ligamentaires) sont plutôt réservées aux petits chiens (moins lourds) car ces prothèses risquent de casser avec le temps.

Pour les animaux plus gros la préférence va pour les techniques biomécaniques qui assurent une grande stabilité sans prothèses ligamentaires. Il n’y a pas de risque avec le poids et le temps de les recasser.

Et enfin, en Suisse il est très souvent pratiqué une intervention appelée TTA (en Anglais Tibial Tuberosity Advancement) qui a été inventée et mise au point, en Suisse au Tierspital de Zurich par le Professeur Pierre Montavon et Slobodan Tepic.

Après une intervention votre chien récupérera en 6 semaines environ et il est conseillé d’accompagner la récupération avec des séances de physiothérapie. Ces techniques complémentaires aident à limiter l’inflammation articulaire, à diminuer la douleur postopératoire et à entretenir la musculature.

Alors quelques conseils:

  • Eviter le surpoids pour votre animal (cela limitera aussi le risque de beaucoup d’autres pathologies).
  • Ne choisissez pas des chiens trop grands (cela aidera à faire machine arrière sur le format des grands chiens).
  • Si votre (petit) chien a une malformation des rotules, une intervention précoce et préventive limitera l’arthrose de ses genoux et le risque de voir casser ses ligaments croisés.

Dans tous les cas faites confiance à votre vétérinaire qui connaît bien ces problèmes et saura vous conseiller dans le choix de l’une ou l’autre des interventions chirurgicales et qui saura le cas échéant où vous référer.

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.