Femina Logo

Pourquoi? Ne me demandez pas de répondre à cette question sur laquelle se penchent beaucoup de sociologues. Mais une des raisons est certainement la vie citadine que nous menons, qui plus est à 100 à l’heure. Et je ne dis pas que c’est une bonne chose, mais les chats sont plus indépendants et ne nécessitent pas leurs 2 heures de promenade quotidienne.

Moi ce que je peux vous dire c’est que le chat est un animal qui cache énormément ses maladies. Là ou certains chiens sont assez comédiens, les chats souffrent en silence et les symptômes apparaissent souvent à des stades très avancés de la maladie. Est-ce là une façon ancestrale de se protéger des prédateurs dans la nature et de ne pas montrer ses faiblesses? Pour nous (les vétérinaires) et pour vous (qui vivez avec un chat) cela veut dire que les contrôles, les visites de routine et les bilans sont vraiment importants. Le moindre petit changement ne doit pas être pris à la légère.

Par exemple lorsqu’on détecte dans une analyse biochimique des valeurs rénales (juste un peu) augmentées, cela signifie qu’au moins 75% des reins sont déjà atteints. Et à ce stade-là on ne voit pas toujours beaucoup de symptômes sur son chat. Promis, je vous ferai une chronique sur l’insuffisance rénale plus tard…

Et pourquoi nous (les vétérinaires) voyons moins souvent les chats dans nos cabinets que les chiens? Vous êtes plus de 60% à répondre que c’est à cause du stress subi par le chat (et du coup par vous-même aussi):

  • Lorsqu’on doit le mettre dans la cage de transport
  • Pendant le voyage jusqu’au cabinet
  • En salle d’attente avec tous ces bruits et chiens autours
  • Et enfin lors de la consultation

Il existe des solutions pour limiter tout ceci. Une partie du travail est à faire chez vous, une partie chez nous…

1. Pour qu’un chat ne panique pas dès qu’il voit sa cage, celle-ci doit faire partie de son environnement quotidien.

  • Elle doit être démontable (s’ouvrir en 2)
  • Il faut laisser le fond de la caisse accessible comme un panier et avec des linges, jouets, tapis,… sur lesquels il pourra laisser ses phéromones de bien-être (je vous en ai déjà parlé).
  • Le moment venu on peut le mettre dans le fond de cette cage et ensuite monter le toit, plutôt que le tirer par la peau coup et se faire griffer parce que vous venez de sortir la cage du garage pour le transporter et qu’il panique.
  • Vous pouvez aussi sprayer des phéromones une heure avant de l’utiliser pour le transport.

2. Une fois dedans évitez de taper la cage contre les portes et de la secouer

  • Bien la poser dans un endroit sûr de la voiture où elle ne bougera pas.
  • Conduite Slow Down take it easy…
  • Si vous avez bien tout fait cela, maintenant c’est à nous de jouer…

3. A l’arrivée au cabinet, s’installer dans la partie réservée aux chats de l’accueil:

  • pas de chien qui tourne autours
  • Des supports qui permettent de ne pas poser la cage par terre, les chats préfèrent être en hauteur et se sentent ainsi plus protégés et moins stressés.
  • Dans la partie chat diffusent continuellement des phéromones d’apaisement et ne circulent pas de mauvaises odeurs de chien…

4. En consultation

  • Si possible avoir une salle dédiée aux chats (toujours une histoire d’odeurs, d’aménagement de l’espace, de phéromones,…)
  • Laisser le chat sortir seul de la cage à chaque fois que cela est possible
  • Sinon si vous avez une cage qui se démonte et bien l’avantage et que l’on peut enlever le haut et prendre tout doucement le chat sans avoir à le sortir de force. Voire même on peut parfois le laisser dedans si l’examen clinique le permet.
  • Eviter de le tenir fort à chaque fois que ce n’est pas nécessaire.

Pour être 100% honnête je n’ai rien inventé, mais je peux vous dire qu’en appliquant ces conseils de base et on ayant fait l’effort d’appliquer ces méthodes dans notre cabinet, l’effet est réel sur le stress des chats, sur le vôtre, sur le nôtre et je crois que pour beaucoup venir chez le vétérinaire n’est plus aussi angoissant. Il existe et existera toujours des exceptions mais si on commence dès tout petit à faire juste, les choses peuvent changer.

Une section de notre site internet sera bientôt dédiée aux chats et à ces conseils pratiques. Je vous donnerai le lien dans une prochaine chronique dès qu’elle sera «online». Je vous conseille d’aller regarder ces 2 vidéos prposées qui montrent une visite fictive chez le vétérinaire «comme avant» et une en essayant d’appliquer ces conseils. C’est assez drôle et révélateur.

Et enfin: des études scientifiques montrent que vivre avec un chat diminue de moitié le risque d’avoir un infarctus… Bluffant non comment un animal stressé arrive à nous apaiser et éviter des maladies?

Voilà une digne suite à une de mes anciennes chroniques sur le bien-être des chats à la maison.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Dans vos écouteurs

E8: Mieux s'organiser, pour tirer le meilleur de chaque journée

Bullet journal, méthode d'Eisenhower, anticipation, quête de perfection... la coach Caroline Moix nous parle d'organisation, pour nous aider à accorder davantage de notre temps à ce que nous aimons vraiment.

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.