Femina Logo

Dans les années 60, on partait se balader en montagne avec son sac à dos en coton sur le dos. Peu importe si ses lanières en cuir ultrafines nous sciaient les épaules. On n’emportait que le strict nécessaire pour s’offrir un pique-nique sympathique dans l’alpage: fruits secs, œufs durs, sandwichs au beurre, fromage et un Opinel. Sans oublier sa gourde en métal qu’on remplissait à une fontaine ou une source en chemin. Le matériel était fonctionnel, l’esprit était léger, et le look total. C’était avant la performance et la technologie.

Du coton et du basic

En toile de coton, non imperméable, le sac à dos du randonneur des années 60 était basic. Minimaliste, bleu ou grisouille, l’objet (voir photo) était peu ergonomique, avec de fines lanières en cuir et zéro renforcement pour épargner le dos. Mythique, il revient en force en 2012, avec des modèles remis au goût du jour chez Nature & Découvertes ou Benetton.

Du nylon et de l’ergonomie

En parallèle au sac de rando du promeneur du dimanche, le début des années 60 voit se profiler le premier sac d’alpinisme révolutionnaire: le Bonatti 40 (en rouge). C’est la marque française Millet qui lance ce modèle développé en partenariat avec Walter Bonatti, le premier conseiller technique de la marque emblématique. Les nouveautés du début des années 60? D’abord des bretelles entièrement en nylon, rembourrées de mousse, sans couture. Viendront ensuite des sacs à dos entièrement en nylon, en remplacement du traditionnel coton. Pour se rendre compte de la différence, niveau look et ergonomie, le sac Peuterey (en vert) de Millet serait son équivalent version 2012. Et c’est un modèle femme, ce qui n’était pas le cas en 62!

Podcasts

Dans vos écouteurs

E10: Devenir plus optimiste pour vaincre les pensées négatives

Un train annulé, une dispute, une gaffe (monumentale) en pleine réunion: il n'est pas toujours facile d'éviter que les imprévus du quotidien ne gâchent notre journée. Pourtant, il est totalement possible de choisir tous les matins d'être de bonne humeur et ainsi mieux rebondir face aux obstacles de la vie. La psychologue Brigitte Favre nous aide à reprendre le contrôle, pour remplacer les soupirs par les fous rires.

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.