Femina Logo

Tomorrow may not be better, son premier album, est sorti début septembre. A la journaliste de La Télé qui lui demandait s'il avait conscience d'agacer par tant de succès, il répondait humblement "C'est vrai que j'ai eu beaucoup de chance... Je ne vais pas m'en excuser!?". La carrière fulgurante de Bastian Baker a de quoi surprendre en effet, mais seule une jalousie mal placée justifierait de ne pas s'en réjouir avec lui. Car le jeune Vaudois a une belle gueule, une belle voix et une attitude toujours cool. Même pas peur de jouer à l'Arena dimanche 30 octobre en ouverture de Roxette, le mythique groupe des années 80? A voir!

Né sous le signe du Taureau en 1991, Bastien Kaltenbacher suit d'abord la voie de son père, Bruno, ancien national de hockey, en jouant habilement du patin à glace. Après une jolie quoique brève carrière entre Gottéron, Lausanne et Martigny, il troque sa canne contre une guitare, sa deuxième passion. La musique l'a emballé très jeune: plus fan de Led Zeppelin que d'Henri Dès, il reprend du REM et du Lenny Kravitz dès l'âge de 5 ans! Un soir de 2010, alors qu'il poussait la chansonnette dans le salon d'une amie, le père de celle-ci l'entend et lui propose de devenir son producteur. S'en suit un premier single qui a tourné sur toutes les radios ce printemps (Lucky, voir la vidéo dans la galerie ci-dessus) et des concerts un peu partout en Suisse, dont le Caprices Festival de Montana et le Montreux Jazz. Avec son nom anglicisé, Bastian Baker cartonne. No 1 des ventes sur iTunes suisse (devant Red Hot Chili Peppers), il provoque une émeute lors de son show-case à la Fnac de Lausanne. L'album, enregistré à Paris, est sorti le mois dernier, achevant d'assoir la réputation du nouveau prodige de la folk music made in Switzerland. Notre Jack Johnson à nous aime donc fredonner ses ballades façon surfeurs autour d'un feu de plage et l'assume. Il compose et écrit lui-même paroles et musique depuis l'âge de 15 ans, avec des textes souvent sombres derrière des mélodies légères.

En jeans et T-shirt blanc, Bastian n'abuse pas de sa ressemblance avec James Dean et attend de voir de quoi demain sera fait. Aujourd'hui, il vit tant bien que mal de sa musique, après avoir abandonné l'Uni au début de l'année. Il a désormais quitté la maison de ses parents et ses deux soeurs pour vivre en colocation à Lausanne et s'avoue encore surpris qu'on le reconnaisse dans la rue. Dimanche prochain en tout cas, ce sont plusieurs milliers de personnes qui vont l'applaudir sur la scène de l'Arena, en ouverture des Suédois de Roxette, avant de remettre ça le lendemain au Hallenstadion de Zurich. De la chorale scolaire de Villeneuve à la scène de l'Arena, quel parcours!

Autres dates de concert sur www.bastianbaker.com

DR
1 / 1© DR

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina