Femina Logo

Ils viennent tous de la Terre d’Arnhem, énorme territoire de près de 97 000 km2 où l’on trouve le plus grand nombre de peintures rupestres au monde. Cet art et le savoir qui en découle continuent à vivre dans la culture aborigène d’aujourd’hui.

Les familles perpétuent les mythes des héros du temps du rêve dont l’activité créa la vie sur terre, les paysages, mais aussi les lois. Les mythes de la création et les techniques utilisées sont secrets et sacrés. Le relief de la nature est un livre d’histoire à ciel ouvert ; les anciens initient les plus jeunes durant de longues années lors des "bush school" et "bush university". Cette connaissance, retraçant la généalogie des familles depuis l’origine de la création, est intimement liée à la terre et se traduit par un ensemble de droits et devoirs fonciers.

Cet art, rapporté en Europe dans les années 60 par l’artiste et anthropologue Karel Kupka, continue à susciter l’interrogation et l’émerveillement.

L’art de la Terre d’Arnhem diffère de celui des autres régions car le support utilisé est l’écorce d’eucalyptus et la peinture l’ocre naturel (blanc, rouge, jaune, noir). La technique de peinture dite "aux rayons X", et celle dite "Rarrk" (peintures composées de hachures très fines), ainsi que la représentation des esprits Mimih et Wandurrk sont uniques à cette région.

Parmi la quarantaine d’artistes exposés à Carry On, deux d’entre eux furent choisis afin de réaliser une colonne et des plafonds peints pour une commande publique du Musée du Quai Branly en 2006 (Gulumbu Yunupingu et John Mawurndjul).

En dehors de la peinture sur écorce tout à fait caractéristique de la Terre d’Arnhem, l’exposition est ponctuée de peintures, gravures, sculptures, objets cérémoniels et d’une formidable collection de Larrakitj (poteaux funéraires).

Certaines pièces de la collection de Karel Kupka figurent dans l’exposition, dont une représentation de tortue, forme animale d’un ancêtre créateur de plusieurs points d’eau de la région, et un poisson sculpté par Dawidi Djulwarak, un des joyaux de cette collection.

"Djang, ancêtres créateurs» rend hommage à ce peuple qui perpétue depuis plus de 40’000 ans un art sacré ancré au plus profond de la mémoire humaine. Dans la continuité de l’ouverture officielle en avril 2011, la galerie Carry On s’associe avec Le Cabinet d’Expertise Témoin qui présentera du 20 septembre au 2 octobre 2011 une sélection de peintures sur écorces de l’artiste Ignatia Djanghara appelées "Wandjina".

Les Wandjina partagent leur monde avec les Aborigènes. Ces êtres mythiques venus du ciel et de la mer sont aussi appelés "les êtres de la pluie". On trouve les reproductions de ces ancêtres peints dans les sites rupestres de la région du Kimberley, territoire du nord-ouest de l’Australie.

  • Galerie Témoin, Grand Rue 27, 1204 Genève, tél. 022 311 65 38.
    Exposition du 20 septembre au 2 octobre 2011.
    Vernissage le mardi 20 septembre 2011 dès 18 h.
    Heures d’ouverture: mardi-samedi 14 h-18 h 30.
  • Carry On, rue des Voisins 18, 1205 Genève, tél. 022 322 40 90.
    Exposition du 28 septembre 2011 au 6 janvier 2012.
    Vernissage le mardi 27 septembre dès 18 h.
    Heures d’ouverture: lundi-vendredi de 9 h-17 h, samedi sur rendez-vous uniquement.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E13: Se libérer des tensions physiques dues au stress

Une mâchoire serrée, le ventre retourné, un nœud derrière l'omoplate... les périodes chargées sont souvent celles des petits maux agaçants. Afin de comprendre et de mieux gérer ces tensions physiques, nous accueillons Sarah Bezençon, psychologue de la santé. De sa voix apaisante, elle nous rappelle que ces petites douleurs du quotidien sont en réalité des messages que tente de nous faire parvenir notre corps, et qu'elles peuvent être chassées grâce à des techniques toutes simples.

Dans vos écouteurs

E12: Prendre soin de son couple quand on a des enfants

Dans ce 12e épisode destiné aux parents et aux futurs parents, la thérapeute de couple Anne-Dominique Spertini nous donne des clés et des conseils, destinés à concilier le rôle de «maman» ou de «papa» avec le rôle de conjoint. Rassurante et sincère, elle évoque l'importance de la communication (verbale et physique), la sexualité, la culpabilité, la fatigue et le manque de temps libre. Pour se rappeler qu'on ne peut faire davantage que de son mieux (et que la perfection n'existe pas!).

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.