Femina Logo

news mode

Paris renoue avec les défilés ce mercredi, retour de Versace en couture

Des centaines de mannequins, acheteurs et rédactrices du monde entier convergent à Paris pour une semaine qui s'annonce dense, n'en déplaise à la crise. Sur quatre jours et demi, du 18 au 22 janvier 2012, vont se bousculer 51 défilés de mode masculine pour l'automne-hiver prochain.

Quelques nouveaux intègrent le calendrier, notamment la première ligne de prêt-à-porter, très attendue, du bottier Berluti, créée par le styliste Alessandro Sartori sous la direction d'Antoine Arnault (LVMH). Mais aussi plusieurs New-Yorkais comme le styliste d'origine cambodgienne Phillip Lim, connu pour sa marque très actuelle "3.1" ou "No editions", fondée par deux stylistes allemands, Christian Niessen et Nicole Lachelle, et dont chaque vêtement est individualisé par un imprimé différent.

La marque japonaise Kolor, simple et décontractée, fera aussi ses débuts parisiens. Et les fashionistas s'impatientent de découvrir la première collection pour Kenzo (groupe LVMH) des New-Yorkais Humberto Leon et Carol Lim, nommés l'été dernier à la direction artistique de la marque. Ces stylistes trentenaires se sont fait connaître en ouvrant en 2002 une boutique de mode très pointue.

La deuxième collection du Londonien Kim Jones pour Vuitton, après des débuts remarqués en juin, sera aussi largement commentée par le microcosme.

Robe, du soir ou de mariée, faite sur mesure

Lundi, place à la haute couture, l'excellence en matière de mode. En France, c'est une appellation juridiquement protégée qui répond à des critères stricts, comme le travail réalisé à la main, l'unicité de pièces sur-mesure, le nombre d'employés des maisons. Avec, pour commencer, le retour de la maison Versace et sa ligne "Versace Atelier". La marque italienne, qui avait arrêté de défiler en haute couture depuis 2004, revient dans le calendrier.

L'Italien Giambattista Valli, 45 ans, qui défilait la saison dernière comme invité, revient comme membre permanent de la famille "couture" aux côtés des maisons françaises Chanel, Dior, Gaultier et Givenchy, de ses compatriotes Valentino et Armani ou du Libanais Elie Saab. Lundi sera dominé par Versace et Dior, dont la collection a été conçue par le Britannique Bill Gaytten qui assure l'intérim depuis le départ de John Galliano en mars.

Un autre moment fort sera sans doute le défilé, dans la soirée, de la jeune styliste hollandaise Iris Van Herpen qui avait mis en scène la saison dernière de drôles de créatures marines à la beauté complexe, écailles et tentacules sur des robes mêlant le travail patient de l'atelier à des structures futuristes dessinées sur ordinateur.

Mardi, les grandes maisons Chanel et Givenchy côtoieront les jeunes Alexandre Vauthier ou Julien Fournié, tandis que Jean Paul Gauthier illuminera le mercredi aux côtés de la jeune Française d'origine chinoise Yiqing Yin, connue pour ses drapés sophistiqués.

La clientèle couture se limite à une centaine de femmes dans le monde. Et tous les ans, une centaine d'autres les rejoignent brièvement dans ce monde exclusif, en commandant une robe, du soir ou de mariée, faite sur mesure.

Chez un jeune créateur, on n'a rien en dessous de 15 000 euros. Dans une grande maison, il faut au moins doubler la mise. Les robes de mariée atteignent cent voire plusieurs centaines de milliers d'euros, selon des spécialistes du secteur, les maisons pratiquant une omerta totale sur les prix.

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.