Femina Logo

news mode

La tendance est aux cabines d'essayage virtuelles

Cabine d'essayage virtuelle de Tesco sur Facebook.
© DR

Le début d'une tendance

En 2006, Eyemagnet a développé pour la première fois ce qui serait aujourd'hui appelé une "cabine d'essayage virtuelle" pour Hallenstein, en Nouvelle-Zélande, et la marque de chaussures Clarks avait introduit un "instrument 3D de mesure du pied". Six ans plus tard, les services de shopping high-tech ont décollé et 25% des clients américains ont déjà eu affaire à un ordinateur en magasin, selon un rapport publié en 2012 par Forrester Report sur la numérisation du shopping en boutique.

Recevoir des offres en temps réel, n'importe où

Des kiosques dotés à la réalité augmentée et permettant d'essayer des vêtements sans réellement se changer, aux bornes interactives distillant de l'information sur les produits, l'offre en outils high-tech est large. Les sites de promotions quotidiennes s'associent aux boutiques pour publier des offres géolocalisées s'appuyant sur les informations du téléphone de l'utilisateur ou pour permettre l'essayage de vêtements à domicile.

Scanner pour bilan personnalisé et miroir interactif

Depuis le mois de février 2011, Clinique utilise l'iPad d'Apple pour offrir à ses clients un outil de diagnostic personnalisé. La même année, au mois de mai, Topshop a équipé sa boutique de Moscou d'un 'miroir' doté de la réalité augmentée et permettant de superposer les articles du magasin à sa tenue grâce au principe Microsoft de l'Xbox Kinect. Un outil similaire existe chez Macy's. D'autres enseignes américaines s'y convertissent également.

Le 8 mars, le centre commercial Bridgewater Shopping dans le New Jersey a installé un appareil capable de déterminer la taille de vêtement adaptée à chaque client grâce à un scan de dix secondes. Cette technologie a été mise au point par Me-Ality. Le centre commercial Bridgewater n'est que l'un des 300 centres commerciaux américains à vouloir l'adopter dans les deux ans.

Une boutique dans le creux de la main

Certains concepts rendent même inutile la présence d'outils high-tech en magasin: une application présentée au Mobile World Congress 2012 par Texas Instruments permet d'essayer des lunettes Ray Banvia une tablette. Une autre application, mise au point par eBay, uniquement pour les États-Unis, est également dédiée à l'essayage de lunettes de soleil. Enfin, la récente campagne H&M permettant de juxtaposer à une photo de soi des photos de vêtements et de publier le résultat sur Facebook s'inscrit dans cette même tendance.

Réseaux sociaux

La chaîne Tesco compte parmi celles qui associent médias sociaux et essayage virtuel par le biais d'un dressing Facebook. Lancé le 29 février, ce concept permet de visiter la page Facebook Tesco pour créer un avatar en 3D en entrant ses mensurations. On peut alors faire essayer les articles Tesco à cet avatar. Emily Shamma, directrice de Tesco Clothing Online, a commenté le succès de l'outil: "Il est simple et rapide d'utilisation, en particulier pour les clients pressés et ceux qui n'aiment pas arpenter les magasins".

Où êtes-vous et quelle est votre offre?

D'autres magasins utilisent la technologie pour montrer aux clients leurs offres en temps réel lors d'un passage à proximité du magasin. En juillet 2011, Groupon avait annoncé un partenariat avec Foursquare pour offrir ce type de services au Canada et aux États-Unis.

D'internet à votre salon

Les boutiques n'ont pas été les premières à offrir l'essayage virtuel. Le site Tobi.com y avait pensé dès 2009. Bananaflame.co.uk s'appuie quant à lui sur la webcam pour permettre l'essayage des tenues. Un porte-parole de Fits.me a expliqué la tendance à Relaxnews en ces termes: "Tout comme dans les boutiques physiques, les clients ont le droit de savoir ce qui leur va avant l'achat."

Critiques de consommateurs

Mais ces nouveautés inquiètent parfois. En 2011, le blog Businessnerds.wordpress a relayé des problèmes liés à l'outil Topshop de Moscou: "Les vêtements sont statiques. Peut-on alors réellement faire confiance à ce système?" Le 10 mars 2012, dans le New York Times, le professeur Sherry Turkle du Massachusetts Institute of Technology s'est plaint de la perte d'humanité des séances de shopping où "les clients évitent le contact avec les vendeurs".

Qu'on l'adopte ou non, la tendance à l'essayage et au shopping assisté virtuellement est pérenne et à en croire les initiatives des grands magasins, ce segment connaît une évolution rapide et constante.

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.