Femina Logo

Découvrez dans notre diaporama ci-dessus les photos de l’exposition.

FEMINA Racontez-nous ou vous vivez et quel est votre métier?JOSE TEUNISSEN J’habite à Amsterdam et je travaille à l’école de mode d’Arnhem au Pays-Bas comme professeur et théoricienne. Parallèlement, je travaille sur différents projets artistiques. Je suis commissaire d’exposition dans des musées depuis 2008. Je prépare actuellement une nouvelle exposition sur le futur de la mode pour l’automne 2014. Enfin, j’ai préparé l’exposition «Couture Graphique» pour le MOTI – Museum of the Image à Breda (Pays-Bas) que nous découvrons ici au Mudac.

Comment vous est venue l’idée de l’exposition «Couture Graphique»?
Le MOTI avait déjà le titre «Couture Graphique» en tête. Ma réflexion de départ était «quand la mode rencontre le graphisme». J’ai mis en lumière les relations entre la mode et la culture de l’image.Ce sont des créateurs Japonais (Yohji Yamamoto) et Belges avant-gardistes qui ont commencé dans les années 80 et 90 à mêler fashion et art via leurs cartons d'invitations aux défilés. La communication arty était née.

Quelle marque à lancer le mouvement identitaire dans la mode?
Je pense que c’est Chanel avec Karl Lagerfeld avec les C entrelacés, les sacs matelassés et la chaîne. Mais aussi Louis Vuitton et Marc Jacobs. En 2000, Jacobs fait appel à l’artiste Stephen Sprouse pour redessiner le monogramme LV en lettres noires taguées C’est un bon exemple du graphisme couture. Le dessin remplace alors le logo.

Quels sont les tous premiers créateurs à placer des lettres ou des messages dans les vêtements?Ce sont Vivienne Westwood et Malcolm McLaren (Ndlr. Artiste et manager du groupe punk Sex Pistols) dans les annes 70 qui utilisent les premiers le tee-shirt comme vêtement de pamphlet politique. Tout le monde a en tête le «Too fast to live too young to die». On peut noter aussi le travail de l’artiste engagée Katharine Hamnett et son tee-shirt «Choose life».

Depuis quelques saisons, les sweat-shirts à logos sont partout dans les collections… Comment expliquer vous ce revival grunge?
Le tee-shirt et le sweat-shirt sont devenus des basiques au même titre que le jean. Tout le monde en fabrique. Il semble que le slogan politique, mode ou humouristique soit tendance à nouveau. C’est le come-back de la culture punk et de l’art de rue.

Aujourd’hui, quels sont les acteurs dans l’univers du graphisme les plus influents?
Je dirais le designer belge Paul Boudens, l’artiste qui a peint les murs du Mudac pour l’exposition. Des dessins inspirés de son travail pour le couturier Dries Van Noten. Alain Aboud également, il collabore notamment beaucoup sur les imprimés des collections Paul Smith. De plus, Marc Jacobs pour Louis Vuitton et Cristopher Bailey pour Burberry ont sur jouer et capter les codes des maisons de couture brillament d’une façon très inventive.

«Couture Graphique», c’est une histoire de «jeu»?
Oui, le travail des artistes présenté est tout à fait enjoué, pas sérieux, positive, expressif, personnel, jeune…

Comment voyez-vous le futur de l’art dans la mode ?
Avant les marques avaient leurs collections et leurs look-books pour vendre leur image créative. Aujourd’hui, il y a les réseaux sociaux, les films: toutes les marques en font pour communiquer leurs univers. Tout l’avancement des textiles technologiques… Il existe déjà des tissus lumineux! Les créations des imprimantes 3D sont aussi de l’art. Et la mode va petit à petit le proposer au grand public. Peut-être pas demain mais bientôt !

Les étudiants de la HEAD – Genève et de l’école de mode de Bâle exposent leurs créations dans un espace dédié de l’exposition. Que pensez-vous de leurs prospositions visuelles?
Bâle a proposé une vision très conceptuelle de la couture graphique alors que Genève a répondu au mandat en travaillant sur la couleur dans les vêtements. C’est très intéressant de découvrir leurs réalisations, les silhouettes sont des surprises.

Couture Graphique: une exposition du MOTI – Museum of The Image, Breda, Pays-Bas, complétée d’une section « jeunes créateurs de mode suisses » par le Mudac, jusqu’au 8 juin 2014. Mudac, Place de la Cathédrale 6, Lausanne. Entrée : 10 fr. www.mudac.ch

DR
1 / 6© DR
DR
2 / 6© DR
DR
3 / 6© DR
DR
4 / 6© DR
DR
5 / 6© DR
DR
6 / 6© DR

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina