Femina Logo

DESIGUAL C'est la première fois que tu défiles pour Desigual. Que signifie pour toi de défiler pour cette marque à la Fashion Week de New York?
CANDICE SWANEPOEL J'ai toujours vu Desigual comme une marque très chouette et vibrante donc je suis très heureuse de défiler pour eux pour la première fois. J'ai vu quelques‐uns des derniers défilés et campagnes de Desigual; tous dégagent beaucoup enthousiasme, on voit sur le visage des mannequins qu'elles sont pleines de vie. C'est un souffle d'air frais. J'aime défiler pour ce type de marques, j'aime les couleurs et les imprimés… c'est joyeux!

Qu’est-ce qui te semble le plus marquant chez Desigual, qu’est-ce qui te plaît le plus dans la marque?
J'ai fait les essais hier soir et ce qui me marque le plus, ce sont les imprimés. La mode est comme le prolongement de ta personnalité. Ainsi, c'est vraiment agréable de s'amuser avec, de travailler avec plusieurs marques, couleurs. J'adore l'été et je pense que cette collection est idéale pour l'été. De plus, j'aime beaucoup le fait que Desigual se soit inspiré de Barcelone, de la culture espagnole.

Pour reprendre le slogan de Desigual, la vida es chula (la vie est chouette) pour toi?
Oui, la vida es chula (la vie est chouette)! J'aime mon travail. J'ai déménagé il y a longtemps et je suis heureuse ici même si je retourne toujours en vacances dans ma ville. Oui, la vida es chula (la vie est chouette)!

Tu es l'une des mannequins les plus prisées du monde et tu viens de poser nue dans l'édition brésilienne de Vogue… dirais‐tu de toi que tu es sexy?
Euh… je n'ai pas l'impression d'être sexy tous les jours. Quand je travaille, je dois l'être, je me transforme. Quand je travaille avec Victoria's Secret ou pour des magazines, oui, je me sens sexy parce qu'il y a beaucoup de monde qui m'aide à me sentir sexy. Mais je ne me regarde pas dans la glace le matin en me disant «Oh oui, je suis très sexy!» L'avantage de mon travail, c'est que j'ai la possibilité d'interpréter un rôle… mais dans la vie de tous les jours, je suis plus timide et discrète. Quand je travaille, je dois être cette femme sexy et j'adore ça.

Quels sont tes secrets de beauté? Comment prends-tu soin de toi?
En fait, il n'y a pas de secret… Pendant longtemps, j'ai mené une vie équilibrée en mangeant sainement et en faisant du sport. Victoria's Secret a la même personnalité de Desigual, ils veulent des mannequins heureuses, saines et belles. C'est pour cela que c'est très important pour nous d'être en bonne santé et en forme. L'un des avantages liés au fait d'être mannequin est le fait que j'ai appris beaucoup de choses, notamment à prendre soin de moi très jeune.

Tu as été choisie pour porter le soutien-gorge le plus cher du monde. Qu'as-tu ressenti lorsque tu as porté ce soutien-gorge estimé à 10 millions de dollars?
Pour moi, le plus important n'est pas le prix du soutien-gorge mais plus l'héritage, l'honneur d'avoir été choisie pour le porter. Pour Victoria's Secret, ce soutien-gorge fait partie de la marque, ils choisissent soigneusement la personne qui le portera… c'est une grande responsabilité. J'ai été très honorée d'avoir cette responsabilité mais je n'ai pas pu le garder donc les 10 millions de dollars ne veulent rien dire pour moi!

À 25 ans, tu as déjà posé pour de grandes marques, parmi les plus importantes du monde. Y a‐t‐il encore des choses que tu souhaiterais atteindre?
Oui, beaucoup. Être mannequin donne beaucoup de possibilités. Mais, pour le moment, étant donné que je suis très occupée, j'essaie juste de prendre la vie au jour le jour et de faire des choses qui m'inspirent vraiment, avec des personnes qui m'inspirent… c'est pour cela que je travaille avec Desigual. Je choisis de bonnes marques et c'est ce qui compte pour moi en ce moment. Plus tard, j'aimerais fonder une famille et peut-être avoir ma propre marque de vêtements. On ne sait jamais… chaque jour est une aventure nouvelle!

Sur le plan personnel, quelle est ta situation… tu dis que tu aimerais fonder une famille?
Oui, tout le monde rêve de ça. Je travaille depuis que j'ai 15 ans, je voyage, je suis loin de ma famille. C'est pour cela que c'est très important pour moi de pouvoir retrouver une vie de famille.

Tu utilises beaucoup les réseaux sociaux; tu penses que c'est un bon outil pour être en contact avec tes fans?
Oui, je pense que c'est un bon moyen de montrer le monde à travers mon regard: je choisis ce que j'ajoute et ce que les gens voient. Parfois j'oublie que des millions de personnes voient les photos… j'utilise les réseaux sociaux comme une sorte de journal et je publie mes photos, mes lieux préférés, mes amis. Mais c'est complètement exposé au monde, c'est fou!

Tu connais Barcelone?
J'y suis allée une fois il y a très longtemps et j'ai adoré. J'ai aimé l'architecture, la culture, le mode de vie, le fait que tout le monde soit heureux. C'était il y a quatre ou cinq ans, j'avais posé à la plage: c'était une expérience géniale.

Tu collabores avec des organisations?
À la fin de l'année dernière, j'ai commencé à travailler avec des organisations caritatives. L’une d’elles, Bottletop, aide les femmes du Tiers-monde et du Brésil. Cette année, j'essaie de les faire aller en Afrique du Sud. Je travaille aussi avec l'association «Save the Rhino»; les rhinocéros sont menacés d'extinction en Afrique du Sud, c'est un gros problème. Enfin, je collabore avec l'organisation «Operation Smile», qui aide les enfants à commencer une nouvelle vie en leur reconstruisant les lèvres.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E16: Apprendre à se déconnecter pour se retrouver

Si vous n'osez même pas vous demander combien de temps vous consacrez au «scrolling» chaque jour, cet épisode est fait pour vous. Doux rappel pour les «smartphone-addicts», il nous encourage à prendre un pas de recul, en questionnant les raisons qui nous poussent à dégainer notre téléphone... pour reprendre l'habitude de lever les yeux!

Avec le soutien de Homegate

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.