Femina Logo

tendances

Fashionista ou social traître: le cas de la basket

Fashionista ou social traître: le cas de la basket

«Cette saison, c’est la cata. Je me sens trahie. Le concept qui fait mouche, c’est la dad shoe ou dad sneaker, un truc multicolore atrocement caréné, pourvu de semelles limite compensées, au talon hypertrophié.»

© Ludovic Andral

Personne n’aime les baskets plus que moi. J’ai choisi mon camp dans les années 80, quand on devait – c’était obligé – soit être un Benett (comme la marque Benetton) monté sur Ciao et chaussé de mocassins, soit un rebelle monté sur Puch avec aux pieds les fameuses Big Star noires (éventuellement blanches), jeans slim noirs et sweat noir. Je crois qu’à l’époque, la seule raison qui a motivé mon appartenance au groupe dark, c’est que les pulls en laine, fussent-ils à losanges, ça pique.

Les inconvénients des «chaussures de gym»

J’ai arrêté le vélomoteur depuis lors, mais pas vraiment la panoplie noire et encore moins les baskets. Certes, mes fonctions m’obligent parfois à les trahir pour des derbies de cuir. J’ai acheté plusieurs paires de vrais souliers – j’ai bien dû reconnaître que nos mères n’avaient pas totalement tort quand elles affirmaient que les «chaussures de gym», comme disait la mienne, c’est de la daube, un truc à se geler les pieds en hiver et à suer comme un goret en été. Mais je n’ai jamais arrêté les sneakers.

Or, cette saison, c’est la cata. Je me sens trahie. Le concept qui fait mouche, c’est la dad shoe ou dad sneaker, un truc multicolore atrocement caréné, pourvu de semelles limite compensées, au talon hypertrophié.

La chose est à la basket ce que la voiture tout-terrain avec option pare-buffle est à la mère de famille qui va chercher sa progéniture à la sortie de l’école privée: laid et parfaitement inutile. Comme toujours, une marque en imite une autre et on se retrouverait tous avec des choses terribles au bout des jambes si on suivait les trends du moment. Heureusement, à mon âge respectable, on ne suit pas.

Opter pour le mocassin? Ja-mais!

J’étais là à me désoler quand j’ai vu un titre dans un magazine féminin: «Le mocassin est la nouvelle basket.» Ça m’a fait un choc. Forcément, c’est identitaire, cette affaire pour les gens nés dans les années 70! On ne peut pas, comme ça, tout d’un coup, venir nous dire que tout se vaut, basket et mocassin. J’ai hésité un bref instant à jeter un œil à ces classiques grolles, juste pour voir, mais à en acheter j’aurais l’impression d’être comme ces trotskistes de la génération précédente qui sont tous devenus chefs dans des grandes entreprises ou à l’État.

Je vais donc attendre que la mode se calme et rester fidèle à mes idéaux podaux. C’est important d’avoir des principes et de savoir s’y tenir.

Mon chat, ce héros

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.