Femina Logo

Ochsner! Un nom indissociable des poubelles du même nom. Devenu objet de collection, le récipient est réédité en version luxueuse.

S 664. Une lettre et un chiffre de brevet qui ont fait le succès de la maison Patent Ochsner d’Urdorf (ZH) et qui s’exhibent fièrement sur le couvercle de la nouvelle venue dans la famille des poubelles pensées et réalisées en Suisse. Plutôt que de laisser à d’autres le soin de copier l’originale, l’entreprise zurichoise a décidé de rééditer sa reine des poubelles. Si la récolte des déchets a été standardisée en Suisse, c’est grâce à elle. En 1928, la ville de Zurich introduisait le système Ochsner: «Les maisons furent équipées de récipients de dimension standardisée pour s’adapter aux véhicules de transport, qui étaient, eux, compatibles avec les couvercles des fours», explique-t-on à Urdorf. Il a néanmoins fallu attendre 1936 et l’apparition du premier véhicule doté d’une benne basculante, pour que la S 664 prenne son envol dans tout le pays. Au fil des ans, ce sont jusqu’à 1,4 million de foyers qui l’ont utilisée. Aujourd’hui, la belle revient en version haut de gamme: «Tout l’assemblage et la confection se font en Suisse, explique Hans Jossi, product manager chez J. Ochsner à Urdorf. La production des accessoires, les pièces de la ramassoire et de la balayette, tout comme les crins, sont indigènes et les composants en hêtre viennent de productions écologiques suisses. Seul l’acier inoxydable du récipient vient d’une entreprise européenne.»

Poubelle S 664 Patent Ochsner, 37 litres, parfaite pour les sacspoubelle de 35 litres, 51 cm de haut, 43 cm de large, 258 Sfr. pièce. On peut la commander directement au siège de l’entreprise à Urdorf: tél. 044 735 42 16 (délai de livraison: une semaine) ou sur Internet: patent.ochsner.com

DR
1 / 3© DR
DR
2 / 3© DR
DR
3 / 3© DR

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.