Femina Logo

Grâce aux conseils dispensés par les livres de bricolage, les émissions de télévision et les sites Internet, de plus en plus de femmes qui n’avaient jamais osé percer une paroi ou repeindre les murs de leur sweet home passent à l’action. Elle est révolue, l’époque où seuls les hommes maniaient perceuses, scies sauteuses ou pelleteuses.

Lentement mais sûrement, les femmes ont investi le royaume du bricolage. En France, selon un sondage IFOP, neuf femmes sur dix bricolent, la décoration restant leur domaine de prédilection. Il n’existe pas de chiffres pour la Suisse, mais la tendance est confirmée par Jorge Fonseca, directeur du Jumbo de Bussigny: «Nous constatons une augmentation du nombre de femmes qui viennent chercher de l’outillage, surtout pour le jardin et le petit bricolage. Mais elles sont aussi plus nombreuses, par exemple, à poser elles-mêmes des dalles ou un carrelage. Les femmes pratiquent souvent des travaux à l’occasion d’un déménagement.»

Quand elles vivent en solo, elles apprennent à se débrouiller. Mais celles qui vivent en couple ne sont pas rares à les imiter. Comme le remarque Elodie, 42 ans, «les hommes ne sont pas forcément doués pour le bricolage. Mon mari, qui a horreur des activités manuelles, n’a jamais planté un clou. Je m’y suis mise et j’adore ça!» Souvent, au vu du résultat, une bricoleuse en herbe se lance dans de nouvelles expériences et finit par y prendre goût. Rien de tel que de personnaliser son intérieur. On commence prudemment, en suspendant un tableau ou en relookant un petit meuble, on continue en peignant les murs d’une chambre, et on finit par oser poser soi-même un plancher flottant.

Passer à l’acte

Le tout, c’est d’oser faire le premier pas. Franchir le seuil d’un hypermarché spécialisé dans l’outillage, quand on est novice, c’est comme débarquer sur une planète inconnue et vaguement effrayante. Des marteaux par dizaines, des clous par milliers, des tournevis de toutes les tailles et de toutes les formes: même les outils les plus simples se déclinent à l’infini. Sans expérience, il est bien difficile de faire son choix. Pas de panique. Les vendeurs sont là pour conseiller même la cliente débutante. Vendeuse au rayon quincaillerie, Kelly Fortes constate que certains préjugés sont encore tenaces…en particulier chez la gent féminine: «Les femmes ont plutôt tendance à se diriger vers un vendeur homme pour avoir des renseignements, pensant qu’un homme connaît forcément mieux les outils qu’une femme. En revanche, cela ne semble pas déranger les hommes d’être servis par une femme. Sauf quand il s’agit d’une question très technique: une fois que je les ai renseignés, ils vont parfois demander un deuxième avis auprès d’un collègue masculin, comme pour se rassurer!»

De retour à la maison avec le matériel adéquat, il faut lire attentivement les instructions, les suivre à la lettre et prendre le temps d’exécuter le travail tranquillement. Patience et minutie sont des qualités indispensables pour parvenir à un bon résultat. Car comme le remarque Anja Meyer dans son livre La reine du bricolage (Ed. Jumbo): «On ne devient pas reine du bricolage en une nuit. C’est en forgeant qu’on devient forgeronne. La devise est simple: s’entraîner, s’entraîner, s’entraîner.» Elle suggère aussi d’inviter une amie, car à deux le travail n’est pas seulement plus facile, il est surtout plus amusant.

Le kit de la débutante

Les indispensables: 1.Boîte à outils Toolbox (53 pièces), 79 Sfr. 2. Perceuse-frappeuse-visseuse sans fil Uneo Maxx de Bosch, 199 Sfr. 3. Gants Deluxe, Toolbox, 16 Sfr. 50. 4. Niveau télescopique Toolbox, 14 Sfr. 95. 5. Set de clous, vis et tampons Multibox, 34 Sfr. 50. 6. Protection auditive 3M, 10 Sfr. 50. 7. Lunettes de protection 3M, 19 Sfr. 95. 8. Masque de protection 3M, 14 Sfr. 95. 9.Colliers de serrage (pour attacher les câbles), 2 Sfr. 95. 10. Escabeau aux marches larges et antidérapantes Leonardo, 99 Sfr.

Liens

Enfin, nombreuses vidéos sur www.youtube.com

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.