Femina Logo

déco

Home sweet home: les tendances printemps 2015 à suivre

Comme sa parente la mode, la décoration d’intérieur naît et se renouvelle au gré des mouvements précurseurs et de la «branchitude». Postmodernité oblige. Chaque saison fait planer sur la création de nouveaux tissus, nouvelles couleurs, nouvelles formes ou nouveaux esprits. Même si elles mettent plus de temps à s’enraciner – parce qu’il est plus facile de s’offrir un jeans que de retapisser sa chambre, quand même – ces tendances finissent souvent par s’immiscer dans nos foyers. Voire y trôner en majesté.

Comment repérer aujourd’hui ce qu’on aimera demain? En suivant les prévisions des bureaux de style (l’agence Nelly Rodi, par exemple), des chasseurs de tendance tels qu’Elizabeth Leriche ou Vincent Grégoire (ah! leurs mises en scène présentées au salon Maison & Objet de Paris), ou de la plus influente parmi ces oracles du trend: la Néerlandaise Li Edelkoort. Sans oublier les designers et autres créateurs exposés lors des grand-messes que sont les salons du meuble de Milan, Paris ou Cologne. Car ces professionnels analysent les évolutions sous tous leurs angles (technologique, sociétal, life style, et jusqu’aux façons de s’asseoir ou de dépenser).

Un exemple? La tendance qui consiste à s’entourer de ce qui rassure lorsque les incertitudes, économique, politique ou autres, sont grandes. Ainsi, deux des tendances déco 2015 se tournent soit vers l’artisanat et les traditions ancestrales, soit vers les métaux précieux – autant de valeurs refuges.

Dans un autre registre, c’est dans le droit fil d’une conscience écologique grandissante que la nature et l’exotisme s’invitent en masse dans nos logis. Quant au marsala, ce rouge-brun à la fois chaleureux, naturel et sophistiqué, le voilà élu couleur de l’année; dans la mode comme dans la déco. La cinquième tendance relevée par les pros, c’est l’esthétique de l’accumulation. Laquelle consiste à personnaliser son habitat en multipliant, sur les murs, les cadres ou les collections d’objets de toutes tailles et formats.

Place à nos repérages et suggestions! Une foisonnante boîte à idées où puiser sans modération pour réveiller vos intérieurs.

So chic l’ethnique

En 2015, l’ethnique réinventé, c’est chic. Lasses de la grisaille environnante, nos demeures empruntent aux folklores, en des interprétations toujours plus libres des cultures et des matières tribales venues de tous les horizons. Les designers s’inspirent des savoir-faire ancestraux pour revisiter l’artisanat. On trouve ainsi des tissus ikats (technique de tissage indonésienne) dans toutes les grandes enseignes de déco. De même, l’éditeur danois Hay propose sa version perso des tapis boucherouites berbères (des bandes de chiffons ou de laines recyclés). Quant à la gamme de papiers peints Racine de Pierre Frey, elle modernise les motifs aborigènes ou africains. En janvier, Elizabeth Leriche, grande prêtresse parisienne des tendances, a souligné cet engouement chez les marques les plus prestigieuses. Même Ikea marie son design contemporain aux traditions vietnamiennes pour réaliser sa collection Nipprig, qui célèbre le retour du rotin, pile dans la tendance.

Chez soi Pour que l’esprit folk souffle sur son appartement, on met en valeur ses trésors de voyage, entourés de plaids en tissu ikat, de tapis shyrdaks du Kirghizistan, de coussins aux motifs suzanis fleuris, avec des suspensions ou des fauteuils en rotin ou en bambou remis au goût du jour.

Et que ça brille!

Après la finance, c’est au tour de la déco de mettre le cap sur les valeurs refuges. L’or (ou ce qui lui ressemble: le laiton), l’acier et le cuivre sont très prisés. Lors du dernier Salon du meuble de Milan, sur son stand «Precious», la maison Kartell a joué le roi Midas en métamorphosant ses produits cultes de plastique – le meuble de rangement Componibili ou la chaise Masters – en mobilier aux allures précieuses. Cette fièvre bling-bling de finitions métallisées avait déjà contaminé nombre d’éditeurs (Martinelli Luce avec sa lampe Pipistrello ou Flos avec sa lampe Skygarden). Matériau fétiche de Tom Dixon, le  cuivre est emblématique de son style industriel chic. D’ailleurs, avec sa suspension Cooper sortie en 2005, le Britannique est le précurseur de cette passion qui enflamme les designers. Cette année, les couleurs or, cuivre, acier se déclinent à l’envi sur tous les objets, mais surtout sur les luminaires ou la robinetterie.

Chez soi On accessoirise sa maison d’objets étincelants, vases, bougeoirs, subtils papiers peints, voire meuble entier, si l’on ose. Cette vague précieuse apportera la touche ultrachic, audacieuse et contemporaine qui fera la différence.

Jungle urbaine à domicile

Depuis l’arrivée de la tendance «tropicool», portée par la Coupe du monde de foot du Brésil, l’an dernier, la nature ne cesse de s’inviter dans nos habitations. Parce que l’environnement est une des grandes préoccupations de notre société. Parce que aussi l’exotisme est encore et toujours invitation au voyage et à la rêverie. L’esprit chlorophylle luxuriante souffle donc, faisant pousser entre nos murs plantes naturelles, imprimés et représentations de faune et de flore en tout genre. En janvier, sur les stands du salon Maison & Objet à Paris, la tendance «tropical oasis» ou «urban forest» était à l’honneur (avec des poufs en forme de tronc d’arbre, notamment). Une mouvance rétro tropicale qu’on retrouve dans le décor du nouveau Café Brulot, à Paris. Les créateurs proposent ainsi une panoplie de jungle urbaine, pour que chacun puisse respirer at home le grand air des vacances.

Chez soi Mini plantes grasses, cactus, fougères; posée au sol, sur les tables, les étagères ou dans des pots suspendus, la végétation doit être omniprésente. On dissémine çà et là des touches exotiques sur les rideaux ou sur les murs, des lampes en forme d’ananas ou des perroquets en porcelaine... Et l’on prend soin de tempérer cette luxuriance avec des pièces ultracontemporaines, pour éviter l’overdose.

Sensualité du marsala

Le rouge marsala est le nouveau coloris phare de 2015. Comme chaque année, la société française Pantone Color Institute observe les tendances mondiales dans la rue, dans les milieux créatifs et celui de la mode, pour détecter les tonalités appelées à devenir les stars des saisons suivantes. Teinte profonde, le marsala conjugue les nuances sophistiquées du grenat, du rubis et de la terre brune. Inspiré du vin liquoreux sicilien éponyme, son ton marqué évoque à la fois sensualité et robustesse. Il résonnerait surtout sur le psychisme, explique dans un communiqué Beatrice Eiseman, directrice générale du Pantone Color Institute. «Le marsala enrichit notre esprit, notre corps et notre âme en dégageant de la confiance en soi et de la stabilité.» Pas étonnant que les créateurs déclinent dans toutes ses nuances ce rouge lie-de-vin mystique.

Chez soi Dans une chambre, dans le salon ou dans l’entrée, le marsala s’étend avec élégance sur un seul pan de mur. S’il est choisi comme teinte dominante, il a pour effet d’unifier les espaces, de donner caractère ou profondeur à une pièce. Pour assurer la cohérence du décor, on n’oublie pas d’en répartir régulièrement quelques touches, que ce soit sous forme d’objets, de rideaux, d’abat-jour ou de dessus-de-lit.

Murs bric-à-brac

C’en est fini des grandes cloisons blanches, de la pureté, de l’épuré. L’heure est à l’accumulation, aux collections personnelles, à la profusion de cadres et d’images qui, accolés sur une paroi, attestent le sens artistique unique au monde de chaque hôte. Idéales pour habiller une haute cloison d’escalier ou un long couloir, ces cascades d’illustrations sont le nouveau «it decorista». Pour que ces accrochages bric-à-brac soient esthétiques, leur composition se doit de suivre un fil rouge thématique: peintures, photos en noir et blanc, membres de la famille en situation… Dans le même esprit, les essaims d’assiettes ou les galeries de miroirs viennent eux aussi faire leur show. «L’esthétique de l’accumulation marche avec toutes sortes d’objets, explique Sarah Lavoine). Une accumulation de suspensions au plafond, de bougies dans la cheminée, de photophores ou de vases…»

Chez soi Pour transformer sa paroi en œuvre d’art DIY (Do-It- Yourself), on choisit d’abord le thème de la future composition. Puis on place sa collection sur le sol, de manière faussement aléatoire. Histoire d’en trouver l’harmonie. Cet essai préalable évitera de cribler son mur de clous mal positionnés!

Sarah Lavoine: «oser les couleurs!»

Décoratrice d’intérieur, virtuose des couleurs, elle est devenue en dix ans une référence dans son métier. Archétype de la Parisienne élégantissime, même en jeans baskets, cette femme de 42 ans gère de main douce et ferme les onze salariés de sa société, deux boutiques, un corner chez Barney’s à New York, deux marques, des collections (pour La Redoute ou Bernardaud) et… trois enfants. Car la itcréatrice née princesse Poniatowski assure aussi dans sa vie privée. Mariée au chanteur Marc Lavoine depuis bientôt vingt ans, elle n’oublie pas de s’amuser avec sa copine Mademoiselle Agnès et autres happy few des fêtes parisiennes.

Comment êtes-vous devenue décoratrice d’intérieur? J’ai grandi dans le monde du design. Ma mère était une dessinatrice d’intérieur et mon père, Jean Poniatowski, a été rédacteur en chef du «Vogue Paris» pendant quinze ans. Moi je rêvais d’être comédienne, mais après des études de théâtre à New York, je me suis rendu compte que je n’étais pas faite pour ça. A 24 ans, j’ai demandé à ma mère si elle pouvait m’enseigner son métier et, dès le premier jour, j’ai su que je ferais ça toute ma vie.

Qu’est-ce qui fait votre succès? Je pense qu’on apprécie mon style raffiné, osé, chaleureux et intemporel. Peut-être aussi parce que je suis accessible.

Vous êtes une virtuose des couleurs, surtout pour structurer l’espace. Comment en jouez-vous? Je n’en ai pas peur! J’aime être audacieuse et essayer de nouvelles idées. Ma préférence se porte vers le monochrome, avec certaines touches de couleurs fortes. La profondeur et la force du noir me fascinent, surtout marié à des couleurs vives. Il y a toujours une pièce sombre dans mes intérieurs. C’est chaleureux et relaxant.

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre appartement à Paris? L’espace et la hauteur sous plafond sont extraordinaires, il y a de la place pour tout le monde! Mon appartement reflète mon style. Je collectionne de nombreux objets qui proviennent de mes voyages, ou des pièces d’art contemporain, ma passion. Mais surtout, j’aime mixer les genres et les styles.

Quel est le secret d’un bel intérieur, selon vous? Le confort, l’espace, et surtout sa lumière, de jour comme de nuit. L’éclairage est clé pour rendre un salon plus accueillant. Je conseille de multiplier les sources de lumière indirecte – suspensions, lampadaires, lampes de table, bougies... Et puis oser les couleurs, les mélanges d’objets ou de styles.

Une faute de goût en déco? Un intérieur total look!

Qu’est-ce qui peut être facilement amélioré dans l’intérieur de Mme Tout-le-monde? Le plus important est que l’appartement soit incarné. Avec des tableaux, photos, miroirs au mur, ou si possible dans l’encadrement des fenêtres car cela donne de la perspective et plus de lumière. Il faut aussi des murs de couleur, forcément. Rien n’est plus déprimant qu’un mur vide et blanc. Une maison est un espace personnel et vivant, pas un musée.

www.sarahlavoine.com Revendeurs en Suisse: Domiciles (rue de la Scie 5 à GE et palce de la Riponne 3 à Lausanne).

lampe osier suspendue
1 / 19

Suspension Fouesnant en osier, Maisons du Monde, 73 fr.

© DR
coussin tissé rouge orange vert
2 / 19

Coussin tissé Baragello surdimensionné, Jonathan Adler, 168 fr.

© DR
tabouret rotin naturel
3 / 19

Tabouret Paperclip en rotin naturel, PolsPotten, 89 fr.

© DR
intérieur déco salon salle à manger
4 / 19

Chez soi On accessoirise sa maison d’objets étincelants. Chaises Golden, signées Nika Zupanc, Moooi, prix sur demande.

© DR
meuble rangement métallisé 3 portes
5 / 19

Meuble de rangement Componibili, finitions métallisées, signé Anna Castelli Ferrieri, Kartell, dès 235 fr.

© DR
lampe en cuivre brun blanc
6 / 19

Lampe Pipistrello, en cuivre créée par Gae Aulenti, Martinelli Luce, à partir de 870 fr.

© DR
pouf doré
7 / 19

Pouf Methalowski, en version dorée, Fatboy, 292 fr.

© DR
plante cactus fougère déco intérieure
8 / 19

Chez soi Mini plantes grasses, cactus, fougères; posée au sol. Pots à cactus, Ferm Living, dès 31 fr.

© DR
set table vert forme de feuille et couverts
9 / 19

Set de table feuille, Maisons du Monde, 35 fr. 70 les 6 unités.

© DR
coussin feuille fleur vert coloré
10 / 19

Coussin Pavla, Micasa, 19 fr. 80.

© DR
chaise verte
11 / 19

Chaise Panton Summer Green, Vitra, 230 fr.

© DR
déco intérieure tendance rouge marsala
12 / 19

Chez soi Dans une chambre, dans le salon ou dans l’entrée, le marsala s’étend avec élégance.

© DR
pot pour plantes rouge
13 / 19

Pot pour plantes, Plant Sack, de Patrick Nadeau, Urban Garden, 170 fr.

© DR
coussin patchwork tons rouge marsala
14 / 19

Coussin patchwork géométrique marsala, Normann Copenhagen, 78 fr.

© DR
lampe rouge suspension
15 / 19

Suspension Emperor, de Neri & Hu, Moooi, dès 1200 fr.

© DR
intérieur déco chez Sarah Lavoine
16 / 19

Chez soi Pour transformer sa paroi en œuvre d’art DIY (Do-It- Yourself). Chez Sarah Lavoine, mur animé de cadres écrins pour les polaroïds de son mari Marc Lavoine.

© DR
cadre photo en résine tons clairs
17 / 19

Cadre gris résine, Zara Home, 25 fr. 90.

© DR
miroir oval doré soleil
18 / 19

Miroir Soleil, Zarah Home, 89 fr. 90.

© DR
miroir oval cuivré
19 / 19

Miroir Mask ovale, Federico Floriani, Petite Friture, 575 fr.

© DR

Podcasts

Dans vos écouteurs

E16: Apprendre à se déconnecter pour se retrouver

Si vous n'osez même pas vous demander combien de temps vous consacrez au «scrolling» chaque jour, cet épisode est fait pour vous. Doux rappel pour les «smartphone-addicts», il nous encourage à prendre un pas de recul, en questionnant les raisons qui nous poussent à dégainer notre téléphone... pour reprendre l'habitude de lever les yeux!

Avec le soutien de Homegate

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.