Femina Logo

En collaboration avec

Sans cesse, de violentes tempêtes et de terribles orages entraînant crues et inondations qui, à leur tour, dévastent et détruisent des maisons ou même des villages entiers, font parler d'eux. Ces phénomènes ont amené les architectes à modifier leur façon de penser lorsqu'il s'agit pour eux de réaliser des constructions sur un terrain situé au bord de l'eau, de transformer une maison qui risque d'être un jour inondée, les incitant même à construire «sur l'eau».

Les maisons qui résistent

A Fribourg, trois maisons familiales ont été construites directement sur les rives de la Sarine. Elles ont été conçues par les architectes de Lausanne Marco Bakker et Alexandre Blanc pour supporter des inondations qui ne se produisent qu'une fois par siècle (voir mot-clé).

Des maisons qui flottent

Aux Pays-Bas, on connaît déjà les maisons amphibies de Dura Vermeer. Lorsque l'eau est à son niveau normal, elles reposent sur des fondations réalisées avec des piliers en béton fichés dans le sol. Lorsque le fleuve sort de son lit, les maisons se libèrent de leurs fondations, elles se surélèvent et flottent sur les masses d'eau comme des bateaux (voir mot-clé).

Les maisons construites sur l'eau

C'est également aux Pays-Bas que l'on trouve des maisons qui flottent constamment sur l'eau et c'est également Dura Vermeer qui les a conçues. Elles ne sont reliées à la terre ferme que par un long ponton qui bouge en même temps que la maison (voir mot-clé).

Il est vrai qu'il n'est pas (encore) permis de construire des maisons amphibies ou flottantes en Suisse, mais une augmentation des problèmes dus aux inondations et aux crues pourrait, ici aussi, amener les mentalités à évoluer. Aux Pays-Bas et en Allemagne, par exemple, et aussi dans d'autres pays du monde, c'est déjà chose faite!

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.