Femina Logo

Vous ne pouvez pas le rater. Le film de promotion du parfum J’adore de Dior qui passe en ce moment sur nos petits écrans est dans le droit fil du précédent, où l’on voyait Charlize Theron se dépouiller de ses vêtements pour ne garder que… son parfum. A une nuance près: signé Jean-Jacques Annaud, ce film-ci raconte une histoire à travers le prisme de la mode. On y croise ainsi de ferventes admiratrices et clientes du style New Look, imposé, dès 1947, par Christian Dior. On a nommé Marlene Dietrich, Grace Kelly, Marilyn Monroe.

Sous les ors de Versailles

Choisir pour décor du film promotionnel la prestigieuse galerie des Glaces du château de Versailles s’est imposé tout naturellement. «Christian Dior a été très influencé par le siècle des Lumières, révèle Claude Martinez, président-directeur général de Christian Dior Parfums, par une certaine idée aristocratique du luxe.» Dans les coulisses, au moment de se préparer à déambuler de sa démarche chaloupée entre les feux de la galerie des Glaces, Charlize Theron côtoie les actrices mythiques: Grace Kelly, Marlene, l’inconditionnelle, et Marilyn. Une prouesse technique inédite qui a un sens: rapprocher dans le même scénario des personnalités sublimes et fortes, possédant une élégance innée, le sens de la séduction, une vraie sensualité. L’éternel féminin en somme.

«Egérie du parfum Dior J’adore depuis 2004, Charlize Theron, actrice accomplie, est lumineuse, confirme le PDG. Elle incarne à merveille une féminité contemporaine, mélange de caractère, de style, de beauté.» Comme réalisateur, le choix s’est tout naturellement porté sur Jean-Jacques Annaud à qui l’on doit des succès comme La Guerre du Feu, Le Nom de la Rose, L’ours ou L’amant inspiré par le roman de Marguerite Duras. Un esthète fasciné par la mythologie. Et qui avait toujours souhaité travailler avec Charlize Theron.

Du costume au tailleur

Et Christian Dior, quel fut donc son rapport au cinéma? Avant de devenir ce couturier de légende, il fut costumier de théâtre et de cinéma. Dès 1942, Odette Joyeux, alors très populaire, lui confie la réalisation des costumes du film Le lit à colonnes de Robert Tual. Elle continuera à le faire pour d’autres longs métrages jusqu’en 1946. Mais faute de temps, le couturier finit par se consacrer exclusivement à la haute couture. Une bénédiction pour les stars internationales qui ne jurent que par lui. C’est le cas notamment de la grande séductrice Rita Hayworth, qui avait jeté son dévolu sur une robe en taffetas plissé pour la première américaine de Gilda. Olivia de Havilland, célèbre pour son rôle dans Autant en emporte le vent confessera, quant à elle, avoir acquis, tout au long de sa vie, plus de deux cents modèles Dior. Mais celle qui incarne le glamour façon Dior est sans conteste Marlene Dietrich: au défilé New Look de février 1947, elle commande la robe Chandernagor, le premier modèle de la collection. Et elle ira jusqu’à imposer ses vêtements sur les tournages. Au producteur Jack Warner qui s’y oppose, en 1950, sur le plateau du Grand Alibi d’Alfred Hitchcock, elle menace: «No Dior, no Dietrich!» Afin de rentabiliser le coût de ses costumes, une exposition sera organisée par la production. Fidèle à Diorama, à deux références de rouges à lèvres qu’elle ne quitte jamais, elle devient aussi, dès 1954, l’égérie des bas Christian Dior. Et une amie très proche du couturier.

Tournage au château

Pour que l’actrice Charlize Theron brille à splendeur égale avec la galerie des Glaces de Versailles, le cinéaste Jean-Jacques Annaud a voulu une ambiance nuit... Alors même que le tournage n’était autorisé que durant la journée du lundi. Mais qu’à cela ne tienne, des caches pour chaque petit carreau de fenêtre ont été installés depuis l’extérieur à l’aide d’une grue. Et comme les lampes ne pouvaient être suspendues, on les a montés sur des poutres…

400 figurants et une équipe de 200 personnes, c’est beaucoup, même pour Versailles. Il a fallu aménager des salles, pratiquement réaménager le château!

Podcasts

Dans vos écouteurs

E12: Prendre soin de son couple quand on a des enfants

Dans ce 12e épisode destiné aux parents et aux futurs parents, la thérapeute de couple Anne-Dominique Spertini nous donne des clés et des conseils, destinés à concilier le rôle de «maman» ou de «papa» avec le rôle de conjoint. Rassurante et sincère, elle évoque l'importance de la communication (verbale et physique), la sexualité, la culpabilité, la fatigue et le manque de temps libre. Pour se rappeler qu'on ne peut faire davantage que de son mieux (et que la perfection n'existe pas!).

Dans vos écouteurs

E11: Apaiser son quotidien grâce au yoga

De sa voix chaleureuse et motivante, Julien Pidoux, journaliste et prof de yoga, nous rappelle l'objectif essentiel de la «boîte à outils» que nous offre cette discipline: cultiver le calme intérieur, remplir nos réserves de zen et de gratitude, afin de les emporter partout où nous choisissons d'aller. Il nous offre les clés nécessaires à débuter du bon pied (littéralement), ou à recentrer notre pratique pour n'en tirer que des bienfaits. Un moment zen, qui va vous donner envie de faire quelques salutations au soleil.

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.