Femina Logo

Cela fait maintenant 9 ans que j’arrive à communiquer avec les animaux. J’ai toujours eu une grande affinité avec eux. J’ai grandi dans un petit village du Jura et, avec mes deux sœurs, nous possédions des chats et des lapins. Chaque fois que j’en avais l’occasion, je sauvais des bêtes, y compris les vers de terre pour qu’ils ne se fassent pas écraser sur la route.

Toute petite, je me battais avec mes parents pour ne pas manger de viande. Je me souviens que j’allais recracher les morceaux dans les toilettes. Plus tard, vers 13 ans, ils m’ont laissé le choix et je suis devenue végétarienne. Depuis toujours, je me disais que j’exercerais un métier en rapport avec les animaux. Mais je ne me voyais pas devenir agricultrice car on les élève pour la boucherie, ni vétérinaire, à cause des piqûres, que je déteste. J’ai donc opté pour une formation d’employée de commerce, tout en suivant à côté des formations en médecine douce, développement de l’intuition, etc.

Il y a 9 ans, j’ai appris qu’une des pionnières de la communication animale, Laila Del Monte, allait donner des cours dans ma région. J’avais très envie d’apprendre cette technique de télépathie, notamment pour dialoguer avec ma chienne labrador à laquelle j’étais très attachée. Cette technique est comparable au fonctionnement d’une radio: on change d’onde et on augmente notre taux vibratoire pour s’adapter au langage des animaux qui est universel, car tous les êtres vivants sont connectés entre eux.

Dans la pratique, cela n’a pas été facile pour moi au début. Durant ce premier cours, tous les participants avaient apporté une photo de leur ami à poil ou à plume et devaient tenter de communiquer avec l’un d’entre eux en se concentrant sur le cliché. Chaque personne reçoit des informations sous une forme différente, qui peut être verbale, sous forme d’images, ou kinesthésique. L’animal s’adapte à la personnalité et aux capacités de celui avec qui il entre en contact.

Ressentir les non-dits

Pour ma part, j’ai capté très peu de chose lors de cette première séance, mais cela ne m’a pas découragée. C’est lors de la troisième leçon que le déclic s’est produit. Je me souviens, j’avais sous les yeux la photo d’un cheval blanc avec une grosse boule à la gorge. J’ai reçu ce message de l’équidé: «J’aimerais que ma propriétaire se fasse plus confiance, parce qu’elle n’ose pas dire les choses à son mari. Elle a les boules!» Comme si l’animal avait ressenti ce que la dame n’osait pas dire. J’ai alors retransmis ce que j’avais perçu à la participante qui a fondu en larmes en me demandant: «Comment tu sais ça?»

Les premiers temps, cela paraît fou. On ne sait pas si c’est le mental qui fabrique ces informations ou si elles sont réelles, donc il est important d’avoir la validation du propriétaire de l’animal. On prend peu à peu confiance dans les messages qu’on reçoit, ce qui permet de les transmettre avec sérénité à la personne. Souvent, celle-ci est très surprise par ce que son compagnon a à lui dire.

Effet miroir

La majeure partie du temps, les gens s’adressent à moi pour des problèmes de changement de comportement chez leur animal, mais cela peut être aussi pour des problèmes physiques, ou pour savoir s’il est temps d’endormir leur compagnon. Dans tous les cas, ils ne s’attendent pas à ce que ce dernier parle d’eux. Et ça les stupéfie toujours de constater les similitudes qu’ils ont avec leur petit protégé. Je me souviens d’une dame dont le chat avait un problème au larynx. Elle avait peur qu’il s’étouffe. Quand je suis entrée en contact avec lui, le félin m’a appris que sa maîtresse avait failli mourir à la naissance à cause du cordon ombilical enroulé autour du cou. En fait, les problèmes physiques et émotionnels sont souvent partagés entre une personne et son animal. Celui-ci est comme une éponge qui capte nos émotions et nous les renvoie dans un effet miroir.

Un guide terrestre

Une autre femme m’a sollicitée pour communiquer avec son chat atteint de cirrhose. J’ai alors vu l’image d’un jeune garçon en colère contre son père qui était parti quand il était petit. Il s’agissait de son fils! Quand on sait qu’en médecine chinoise la colère correspond au foie, ce n’est pas étonnant que son compagnon à quatre pattes souffre de cet organe. On m’appelle aussi régulièrement pour des félins qui urinent n’importe où. Pourtant, le vétérinaire n’a pas décelé de problème physique chez eux. Leurs maîtres me disent: «Vous êtes ma dernière chance.» Je dois leur expliquer que je n’ai pas de recette miracle; c’est leur animal qui va leur fournir la réponse. Encore faut-il qu’ils soient prêts à l’entendre. Car les symptômes de leur protégé révèlent très souvent des problématiques qui les concernent directement.

Notre petit compagnon nous accompagne à un moment bien précis de notre vie. Il est comme un guide terrestre, avec sa propre évolution, qui entre et sort de notre existence à des moments clés. Ma chienne labrador a partagé mon quotidien durant toute la période où j’ai vécu avec un homme; elle est morte juste après que je me suis séparée de ce dernier. On ne choisit jamais un animal par hasard! On s’apporte mutuellement quelque chose et on traverse des passages semblables qui nous rapprochent. Je viens d’adopter une jument, «Romance», qui était destinée à la boucherie. Je ne l’ai pas prise pour faire de l’équitation, mais pour établir un lien avec elle. Je sais qu’on va s’apporter beaucoup réciproquement et je m’en réjouis.

Ce qu’il y a d’extraordinaire, c’est qu’on peut entrer en contact avec n’importe quel être vivant, car chacun a une âme et ressent des émotions. Je dialogue le plus souvent avec des chats, des chiens et des chevaux, mais aussi avec des oiseaux, des tortues, des rats, des geckos ou des poissons. Je me suis également formée en kinésiologie, ce qui me permet de régler la cause du problème tout en soignant du même coup la personne et son compagnon. Lors de la séance, je me sers de la télépathie pour interagir avec ce dernier. Il fait ainsi le relais et me donne de précieuses informations me permettant de rééquilibrer l’énergie et de régler les maux. Vivre avec un animal donne beaucoup de force et permet d’évoluer. Si on est capable d’ouvrir son cœur.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.