Femina Logo

Question

A 40 ans, j’ai un travail, une vie sociale, un appartement. Mais je suis vierge et j’en ai honte. La vie m’a amenée à m’occuper beaucoup de ma famille, peu de moi, et je n’ai jamais rencontré quelqu’un. Le jour venu, comment vais-je oser dire cela à un homme? [Ludmilla]

Réponse

Vous semblez être une femme dévouée à sa famille. Avez-vous eu à vous occuper de vos parents jusqu’à leur mort – puisque vous m’écrivez qu’ils ne sont plus de ce monde? Ou d’un frère ou une sœur handicapée dont vous auriez pris soin pendant des années? C’est une situation qui conduit à un certain isolement social, à un manque de temps et de disponibilité pour une vie intime et affective personnelle. Cela peut aussi influencer vos projets de vie et vous faire consciemment ou inconsciemment douter, voire renoncer à l’envie de créer votre propre famille. Ainsi, au seuil de la quarantaine, vous êtes matériellement indépendante, mais sexuellement peu mature.

Vous n’avez pas perdu l’espoir de rencontrer votre «âme sœur», mais craignez terriblement de devoir révéler votre totale inexpérience sexuelle… Pourquoi considérez-vous votre virginité comme une tare et non comme un atout? A mes yeux, c’est une belle qualité et non un défaut. Certains hommes apprécient beaucoup de rencontrer une femme pour laquelle ils seront «le premier et l’unique»! Cette notion d’exclusivité est encore très prisée en matière d’intimité amoureuse. Surtout, ne la cachez pas. Et ne cherchez pas à vous débarrasser de votre pucelage en cachette, cela serait vraiment très dommage! Mon expérience de sexologue m’a fait rencontrer bien des femmes traumatisées par de premières expériences sexuelles précoces et mal vécues, qui ont eu des séquelles durables sur leur vie intime d’adulte. Mais jamais je n’ai vu une femme perturbée par une virginité tardive. Au contraire: celles qui l’ont vécu m’ont dit avoir aimé attendre et se réserver pour «l’homme de leur vie».

Par ailleurs, au cours de ma pratique médicale, j’ai rencontré de charmantes vieilles dames encore vierges qui respiraient le calme et la sérénité… au contraire de celles qui avaient eu une vie de famille, avec les inévitables soucis d’un mari et d’enfants à gérer tout au cours de leur existence.

En bref, ce qui se passe sous la couette

Pulpeuse fiction La lecture du roman érotique «Cinquante nuances de Grey» favoriserait les comportements à risque chez les femmes, disent des chercheuses américaines: consommation accrue d’alcool, de partenaires sexuels… Etude à prendre, elle aussi, avec bien des nuances.

Cours de géographie Pendant que la littérature porno affole les Américaines, environ 30% des Anglaises auraient beaucoup de mal à situer leur vagin, selon une aussi sérieuse enquête. On pensait pourtant que «Cinquante nuances de Grey» était distribué en Grande-Bretagne…

Elles trompent Révolution en marche? A en croire un autre sondage, l’infidélité serait devenue un phénomène majoritairement féminin. Une conclusion qui n’est pas pour déplaire à Victoria Milan, le site qui la publie et qui, comme par hasard, se dédie aux rencontres extraconjugales. [NP]

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.