Femina Logo

Question

Voilà cinq ans que j’ai divorcé. A mon grand étonnement, je plais encore aux hommes! Mais je me rends compte que ceux que je désire sont jeunes et beaux, entre 38 et 45 ans. Etre cougar n’est pas forcément ce qui me convient, car je désire trouver un compagnon bienveillant à long terme… [Chantal, 60 ans]

Réponse

Vous dites avoir été mariée très jeune, dès la vingtaine, puis vécu trente-cinq ans sous le régime de soumission et de manipulation que vous infligeait votre époux. Vous l’avez quitté une fois vos enfants grands et votre rôle de mère accompli, accompagnée par une psychothérapeute sur ce chemin d’émancipation. Acte courageux, car certaines femmes restent toute leur vie sous l’emprise d’un mari dominateur, reproduisant l’image d’une mère ou d’une grand-mère.

Depuis que vous êtes libre, vous avez découvert votre succès auprès des hommes. Ils vous traitent avec beaucoup plus d’égards que votre ex-mari, qui vous désirait de façon brutale, sans amour ni reconnaissance.

Recevoir de l’attention et des compliments redonne confiance en soi. Réaliser qu’on peut encore plaire permet de se réconforter et de se reconstruire avec le temps. C’est si merveilleux de pouvoir s’aimer à l’âge de la maturité et de se trouver belle avec des cheveux blancs!

En multipliant ces conquêtes amoureuses, vous avez découvert le plaisir et retrouvé du désir. Ne culpabilisez pas d’être enfin heureuse et comblée sexuellement. Il faut de la patience pour faire le deuil d’un long mariage, effacer les souvenirs négatifs et ne garder, au final, que les bons. Lorsque vous en serez arrivée là, vous pourrez à nouveau vous engager dans une relation durable.

Vous rêvez d’un compagnon fidèle et bienveillant, mais vous n’imaginez pas qu’il soit possible de garder un homme de 40 ans à vos côtés. Je connais pourtant plusieurs exemples de couples harmonieux qui ont duré avec une telle différence d’âge. Profitez de cette belle confiance en vous et de votre assurance pour trouver l’homme qui réunit les qualités requises. Chassez de votre esprit l’idée «de ne pas être normale» et tentez de construire une relation à deux solide, sans trop vous focaliser sur l’âge.

Et si vous ressentez encore le besoin de vous rassurer, lisez donc «L’éloge des femmes mûres» de l’écrivain Stephen Vizinczey.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E25: Vieillir en aimant son corps

Comment accepter les signes du temps qui ancrent sur notre peau chacun de nos rires, chacune de nos peines et les grands bouleversements de notre vie? Dans cet épisode, une psychologue nous aide à faire preuve de bienveillance envers nous-mêmes et à comprendre les changements qui accompagnent le passage des années. Pour s'accepter et s'aimer tels que nous sommes!

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina