Femina Logo

psycho

«C'est décidé, je m'épouse!» ou l’ode à l'amour de soi

Cest decide epouse amour soi

«Pour rencontrer sa solitude, il faut commencer par faire ce qui nous fait plaisir, en préparant, par exemple, son bol de müesli le matin ou en consacrant 15 minutes par jour à la méditation; à chacun le chemin de son mariage avec soi!»

© Getty

Il y a trois ans, Nathalie Lefèvre publiait un billet d’humeur intitulé «C’est décidé, je m’épouse». La Française s’y offrait une sorte de pacte avec elle-même. «J’ai compris que j’étais la personne avec qui j’allais passer le plus de temps dans ma vie», nous confie-t-elle. De cette courte déclaration d’engagement envers elle-même naît un livre de 215 pages, une métaphore filée sur le mariage. De toutes les citations qui parsèment l’ouvrage, Nathalie Lefèvre en retient une d’Eleanor Roosevelt: «Personne ne peut vous faire sentir inférieur sans votre consentement.»

Elle nous livre, en trois points, ses réflexions pour quitter le désamour de soi que l’on peut ressentir parfois.

Comment réveiller le chaman qui est en nous (et être plus heureuses)

1. Rencontrer sa solitude

«Sur ce propos, j’aime beaucoup la citation de Simone Weil: «La véritable rencontre avec l’autre ne peut se produire qu’au moment où nous sommes à minima élucidés.» Ce serait une lâcheté de ne pas chercher à connaître le lien intime que l’on pourrait vivre avec soi. Mais ce n’est pas totalement de notre faute: on nous éduque à trouver notre source d’épanouissement par le biais des autres ou par le matériel, mais jamais à décrypter nos émotions ou nos nœuds psychologies.

Pour rencontrer sa solitude, l’idée est de couper les «musiques extérieures», d’être avec soi dans l’instant et d’écouter notre silence intérieur. Il faut commencer par faire ce qui nous fait plaisir, en préparant, par exemple, son bol de müesli le matin ou en consacrant 15 minutes par jour à la méditation; à chacun le chemin de son mariage avec soi! Bien sûr, comme tout ce que l’on n’a pas l’habitude de faire, cela peut paraître déstabilisant, voire violent, au début. On a le sentiment d’entendre sa pensée plus fort qu’avant, comme si on avait monté le volume de la radio dans notre tête.

Au final, l’exercice chasse les tensions, permet d’arrêter d’en vouloir aux autres et d’écouter vraiment ses besoins.

Cette soirée où je suis invitée, mais qui ne m’enchante pas? J’ose décider de ne pas y aller!»

Souffrez-vous de FOBO, le syndrome renforcé par les réseaux sociaux?

2. Se surprendre à nouveau

«Ce n’est pas parce que j’ai décidé de m’épouser, que ma vie est toujours géniale au quotidien. C’est comme ma relation amoureuse: il y a des jours où je suis folle de l’homme que j’aime et d’autres non. J’accepte que ma vie ne soit pas binaire. J’ai souvent attendu beaucoup des hommes, qu’ils me fassent rêver ou partager des moments exceptionnels… Un jour, par honnêteté envers les autres et envers moi-même, j’ai compris qu’il fallait que je me demande tout cela personnellement.

Donc, se surprendre, est une clé que j’ai mise en place dans mon quotidien pour «raviver ma flamme». Concrètement, cela consiste à m’extraire régulièrement de ma zone de confort ou encore de me lancer des défis. Même si on se prend 18 fois la planche de surf dans la tête, l’important est de se défier afin de doper l’amour de soi.

Réussir à s’émerveiller à nouveau soi-même, c’est s’assurer de ne jamais rencontrer la routine.»

Développement personnel: Apprendre à s'aimer, pour mieux aimer les autres

3. Ecrire sa légende

«J’ai été fascinée par le livre L’Alchimiste, de Paulo Coelho. Ce livre dit tout. On choisit souvent, par confort ou pour la sécurité, un métier, un conjoint, mais au fond, on n’est pas heureux. La crise débarque alors, car on ressent que l’on n’a pas de temps à perdre dans une vie qui ne nous est plus adaptée. Trouver sa légende personnelle, c’est être, en quelque sorte, les héros de sa propre vie, se conditionner à adopter une existence avec laquelle nous sommes en alignement.

Celle qui nous fait se lever le matin avec un sentiment qu’on est à la bonne place. Que l’on fasse du fromage de chèvre ou que l’on choisisse d’écrire un livre… Il faut également dépasser le syndrome des grandes études. J’observe beaucoup de gens à l’intellect développé, qui ne connaissent rien à l’essentiel. Il faut casser enfin un autre tabou de notre société: on dépense des sommes astronomiques pour apprendre à skier, mais jamais à être heureux. Apprenons à nous aimer et célébrons sur le chemin nos petits Everest parcourus.»

«C’est décidé, je m’épouse» (Ed. Larousse). À tester: le cycle de coaching en ligne «21 jours pour s’épouser». Plus d’infos sur la page Facebook de Nathalie Lefèbre.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E13: Se libérer des tensions physiques dues au stress

Une mâchoire serrée, le ventre retourné, un nœud derrière l'omoplate... les périodes chargées sont souvent celles des petits maux agaçants. Afin de comprendre et de mieux gérer ces tensions physiques, nous accueillons Sarah Bezençon, psychologue de la santé. De sa voix apaisante, elle nous rappelle que ces petites douleurs du quotidien sont en réalité des messages que tente de nous faire parvenir notre corps, et qu'elles peuvent être chassées grâce à des techniques toutes simples.

Dans vos écouteurs

E12: Prendre soin de son couple quand on a des enfants

Dans ce 12e épisode destiné aux parents et aux futurs parents, la thérapeute de couple Anne-Dominique Spertini nous donne des clés et des conseils, destinés à concilier le rôle de «maman» ou de «papa» avec le rôle de conjoint. Rassurante et sincère, elle évoque l'importance de la communication (verbale et physique), la sexualité, la culpabilité, la fatigue et le manque de temps libre. Pour se rappeler qu'on ne peut faire davantage que de son mieux (et que la perfection n'existe pas!).

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.