Femina Logo

news people

Xenia Tchoumitcheva: «Je suis mon propre boss»

Femina 10 Xenia Tchoumitcheva 72

Pourquoi on parle d’elle? «Luxury blogueuse», elle attire peoples et politiques aux événements des marques dont elle est l’ambassadrice. Et lance sur internet deux nouvelles entreprises: deux sites pour les très riches.

© http://www.xeniaonline.com/gallery/

Elle se décrit comme une «fille moderne, assez internationale, très orientée business». Ce à quoi elle tient par-dessus tout: être sa propre patronne. Ni agence  – «je n’ai jamais été top-modèle, je suis une personnalité, pas un modèle impersonnel» – ni manager: elle ne laisse personne se mêler de sa coiffure, de son style… ou de son poids. Sans même parler de son emploi du temps, ni des entreprises avec lesquelles elle collabore – ou pas! Cela posé, Xenia se montre très aimable, souriante, non dénuée d’humour et, bien que parfaitement rodée à l’entretien journalistique, apparemment tout à fait spontanée.

Pourtant, «Le Monde Magazine» lui a consacré quatre pages avec une citation en gros caractères: «Je ne suis pas naturelle, c’est mon boulot de ne pas l’être» Faux, dit-elle, «si je suis mon propre boss, c’est justement pour pouvoir être naturelle».

Pourtant encore, on la voit sur des centaines de photos, de vidéos mondaines et de relations publiques jouer tous les rôles, de la petite fille sage à la tombeuse lascive? Elle affiche sur l’internet des photos déshabillées? Haussement d’épaules: habituée du ballet et de la scène, la performance est sa nature, mais elle se met en scène lorsque son métier l’exige, pas dans la vie de tous les jours. Et elle sait faire la différence.

La preuve: elle est venue à l’interview engoncée dans un vaste pull Zara qui ne fait se retourner personne, et le reste de sa tenue est comme son hôtel genevois: d’un luxe discret. Elle énumère sans tiquer pantalon Balmain, montre Patek Philippe, bijoux Van Cleef & Arpels, sac Dior. Et chaussures Nike, ajoute-t-elle en rigolant.

Agente d’influence

Xenia a le goût sûr et sait ce qu’elle se veut: «Continuer à avoir du succès». Mais attention! A condition que ce soit le résultat d’une «activité créative et qui apporte du plaisir au monde».

Sa satisfaction: la valeur ajoutée – entendez: celle qu’elle ajoute par son travail d’«agente d’influence». La fonction lui est venue naturellement. Elle retient bien la lumière (des spots) et sait diriger l’attention là où il faut. Elle a le sens du chic de l’image et de l’entrechoc des connexions. Elle n’a pas un quelconque site mais un «luxury blog» et baptise ses nouvelles entreprises BillionnaireBay (l’eBay des superriches) et PoshBerry (30% de rabais sur des vols business et first class).

Facebook, Twitter, Instagram, Google+, Pinterest… Hyperactive sur tous les fronts, «Queenxenia» vit du vedettariat au service des marques. Ambassadrice d’un lunetier grand public, d’un joaillier-diamantaire plus exclusif, elle propose des marchés à des entreprises, de l’hôtellerie au taxi, et prépare une série de reportages de web TV avec des célébrités sur leurs lieux favoris et bonnes adresses. D’un clic, l’internaute pourra commander l’objet, réserver la table ou l’hôtel: consommer hyperbranché.

Après l’enfance russe, la transplantation à Lugano à 6 ans, le premier défilé à 12, le bachelor en économie et marketing, elle exploite sa deuxième place au concours Miss Suisse en 2006 mieux que ne l’a jamais été la couronne.

Sept ans plus tard, la voici donc à 26 ans cheffe de son entreprise Chicoverdose. Ajoutez «.com», cliquez, vous tomberez sur des photos qui prouvent la plasticité de la belle Xenia. Blonde ou châtain, femme fatale ou nymphe gracile, boudeuse, impériale ou passionnée, folle de voitures comme de design d’intérieur. Ou encore très sérieuse chroniqueuse économique pour un mensuel et femme de télé, intervieweuse de grands patrons et d’artistes à l’enseigne de «La recette de mon succès».

Le sien, elle l’entretient à grand renfort de sport, gym Pilates, tennis et danse hip-hop. Sans oublier… yoga et méditation. «Etre présente dans le moment. Si tu arrives à l’absence de pensée, c’est la meilleure chose que tu puisses faire pour toi-même.» Avec ses cinq langues – «et demie, j’apprends l’espagnol», corrige-t-elle pour rire – et sa compréhension du monde des affaires – elle monte des «projets très sérieux» en Russie avec son père homme d’affaires – Xenia Tchoumitcheva a choisi sa voie. Ni le cinéma ni la chanson, quelques tentatives n’ayant pas été trop concluantes: elle sera le cornac des tendances. «Tu vois, les «brands» (ndlr: les marques) viennent à moi parce qu’on me suit sur les réseaux sociaux et dans les médias: je représente quelque chose qui correspond à leur stratégie.»

Jeune et jolie, mais très forte de caractère, elle n’a jamais posé nue et maintient un strict embargo sur sa vie privée. Inutile d’aborder sa supposée idylle avec un certain champion espagnol de formule 1… Elle déclare volontiers que, sans quitter sa carrière – «je veux continuer toute ma vie!» – elle aimerait avoir un jour une famille, des enfants. En prend-elle le chemin, est-elle en couple? «Je ne peux pas répondre à cette question.» La notoriété, un problème pour établir une relation durable? Oui. Même si elle ne ressent pas la célébrité comme fatigante, elle a appris la circonspection. «Quand je rencontre un nouveau mec, je cache que je suis célèbre.»

Votre type d’homme Très humain, bon, profond, intelligent. Motivé dans sa vie, quoi qu’il fasse. Pas nécessairement beau, mais amoureux de la vie.

Votre geste beauté Il y en a beaucoup… Disons le sommeil, à améliorer, une alimentation équilibrée. Et d’abord: le bonheur! Des pensées positives.

Votre péché mignon Rester scotchée la nuit devant l’écran à regarder les séries! Par exemple? «Scandal» avec Kerry Washington.

Votre dernier coup de fil A ma meilleure amie, qui vit à Zurich. Nous nous connaissons depuis l’année de nos 9 ans.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Dans vos écouteurs

E14: Comment chasser la déprime saisonnière

Quand le soleil décide de se coucher à l'heure du goûter, il est parfois difficile de ne pas se sentir épuisé, démoralisé, démotivé... Afin de nous aider à lutter contre les effets du manque de lumière, une psychologue et coach détaille une véritable stratégie anti-blues, en s'inspirant des pays scandinaves. Comme un petit shot de vitamine D.

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.