Femina Logo

A TF1, 24 heures après l’attentat contre Charlie Hebdo qui a coûté la vie à 12 personnes, Jeannette Bougrab, compagne de Charb, ancienne secrétaire d’état du gouvernement Fillon, explique ses pensées en larmes et sur un ton tremblant. «Je n’ai pas perdu Charlie Hebdo, mais l’être aimé», «On aurait pu éviter ce massacre», «Je ne veux plus entendre des excuses à des bourreaux qui assassinent des innocents».

«La République était coupable»… En colère contre une France où l’on peut tuer des dessinateurs, elle explique que personne n’a rien fait pour les aider. Poignant. Jeannette Bougrab révèle également la prochaine sortie d’un livre que Charb était en train de terminer. Le dessinateur disparu y dénonce l’islamophobie. Elle ponctue par un immense chagrin, «ll ne sera pas là pour faire sa promo.»

Sur le plateau d’iTélé, Patrick Pelloux, urgentiste et chroniqueur à «Charlie Hebdo», débarque avec une force incroyable. Pourtant l’homme a perdu tous ses amis dans la fusillade et a échappé de justesse à la mort. Il devait être présent à la conférence de rédaction à l’heure du drame. Alors qu'il assiste à une réunion de la Fédération des sapeurs pompiers de Paris, il est appelé à l’aide à 11h30 par le graphiste du journal satirique.

Dans un témoignage hyper touchant, il raconte malgré une tristesse insoutenable: «Je ne les ai pas sauvés », «Le journal va continuer, ils n’ont pas gagné», «Je suis sûr que Charb s’est levé pour les traiter de cons», «Ils ont tiré sur des gens qui faisaient une conférence de presse contre le racisme». Patrick Pelloux appelle «tout le monde à faire vivre les valeurs de la République».

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.