Femina Logo

Depuis que la petite Shiloh Jolie-Pitt, aujourd’hui âgée de 8 ans, peut choisir seule ses vêtements, le constat est sans appel: elle préfère (et de loin) les t-shirts rock, les jeans et les baskets aux traditionnelles petites robes à fleurs qu’affectionnent ses sœurs. La petite fille s’habille comme ses frères, que cela plaise ou non. Ainsi, pour la première du film de sa maman, «Unbroken» («Invicible» en français), elle était vêtue d'un smoking et d'une cravate (voir vidéo ci-dessous). Chic et choc!

La quatrième de la fratrie ne se contente pas de s’habiller «comme un garçon». Elle souhaite désormais qu’on l’appelle «John», son nouveau prénom. «L’exploration identitaire n’est pas nécessairement le signe que l’enfant est transgenre, rappelle le site internet Madmoizelle.com. Il est normal de se chercher à cet âge, et le fait que John s’identifie davantage à ses deux grands frères qu’à un genre féminin pour lequel ellui n’a pas de modèle direct aussi attrayant n’est pas surprenant. Il est tout à fait possible qu’ellui s’identifie par la suite au féminin, ou bien se reconnaisse finalement davantage dans le genre masculin, ou dans aucun des deux, et ce n’est pas grave.»

Une décision respectée par ses parents

«Shiloh est fascinante dans ses choix, a confié Angelina Jolie à son sujet. Je ne serai jamais un parent qui la forcera à être ce qu’elle n’est pas. Je pense que ce serait une très mauvaise éducation. On devrait permettre aux enfants de s’exprimer de n’importe quelle façon, sans que quelqu’un les juge, parce que c’est une partie importante de leur croissance.» Les Brangelina ont choisi de respecter le choix de leur premier enfant biologique. Une véritable leçon de parentalité offerte par Angie et Brad et un exemple inspirant pour chaque adulte que nous sommes.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.